Violence x Code: Pandorum : Behind Masks

Si l’on vous proposait d’associer musique et violence, à quoi penseriez-vous ?
À n’en pas douter, la plupart d’entre vous répondrait « Tear Out », ou « Neurofunk ». Premièrement parce que vous êtes des lecteurs assidus de Stoner Music, et secondement, car ces genres (entre autres), méritent aujourd’hui amplement la palme de la brutalité auditive… Mais avant la naissance de la Bass Music et autres festivités électroniques, un genre musical fort particulier fut le roi de la violence : le Metal. Alors aujourd’hui, nous allons tenter de nous intéresser au fameux mélange de ces genres qui, bien qu’existant depuis plusieurs années déjà, accueille encore un petit nouveau que vous connaissez pourtant très bien…

Absolute Zero

Car oui, VIOLENCE, c’est avant tout le projet d’un acteur bien connu de l’univers Bass Music français : Niveau Zero !

Bien évidemment présent à la production, il est également le vocalist officiel du groupe. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses performances de chanteur ne déméritent pas face à ses talents de producteur et ça, ce n’était pas une mince affaire.

Il sera donc accompagné par Fabio Meschini, guitariste de L’Esprit du clan et ex-membre de As They Burn ; ainsi que de Morgan Sansous, batteur de Henker. Pas de basse donc, dans ce line-up qui viendra peut-être à s’étoffer avec le temps.

A History of Violence

Alors finalement, VIOLENCE, quésaco ?

Tout d’abord, il s’agit effectivement d’un groupe de Metal, au line-up certes classique, mais qui saura compter sur de nombreuses influences : Indus, Black ou encore Groove Metal sont autant de sous-genres qui semblent se rencontrer.

Et pourtant, le vrai sel de leur recette ne vient pas du mélange de ces sous-genres de Metal, mais bien de son croisement avec notre chère et tendre Bass Music, avec qui il partage de nombreux points communs.

On pensera notamment à la B.O. de l’excellent Doom : Eternal, dont l’inspiration est saisissante.

The Night of the Masks

Passons donc à l’analyse de leur premier morceau : Behind Masks.

Pour commencer, sachez qu’il faudra compter sur le papa du Deathstep lui-même pour prêter main forte à la production. Le désormais célèbre Code: Pandorum partagera donc cette release sur le label français Raw Audio Distorsion, co-géré par Niveau Zero et l’ex-directeur des regrettées Animalz.

Ce premier track verra donc le jour sous l’égide de la « Riot Music », tel que nommé par le groupe lui-même, et se trouve être une franche réussite. Bien que structuré de façon très classique, ce morceau n’en reste pas moins diaboliquement efficace et ce, dès l’introduction : une guitare saturée à l’extrême au picking précis, une batterie à la double pédale maîtrisée nous proposant de nombreux fills techniques et généreux ainsi que d’une voix au scream lourd et gras, bref… une partie Metal qui impose, portée par le snare toujours aussi reconnaissable de Code: Pandorum. Du très lourd !

L’introduction et le break laisseront ainsi logiquement place à deux drops Deathstep bien ficelés. Première et seconde parties de drop se relaient aisément grâce aux nombreux fills très bien sentis, et vous aurez même droit à une petite surprise en début de second drop. On y sentira énormément la patte de Code : Pandorum, qui y prend notamment le contrôle des Drums, bien que le travail de VIOLENCE apporte un certain espace bienvenue dans ce sound design déjà bien connu.

Les influences des artistes semblent parfaitement se conjuguer sur ce premier track aux qualités indéniables. On regrettera peut-être un petit manque d’extravagance en ce qui concerne la composition, bien qu’il soit largement compensé par la qualité du sound design et du mixage, qui eux, se révèlent plus qu’excellents.

Un grand bravo à toute l’équipe de VIOLENCE et Code: Pandorum pour ce premier morceau fort intéressant et efficace. On brûle d’impatience de découvrir leur seconde release et surtout, de les découvrir en formation, et en live !