Bass Interview #50 : ASDEK (Fr)

Quelques jours avant son passage à la dernière Composite, nous avons eu le temps de rencontrer ASDEK. Voici le résultat !

Pour commencer, qui est ASDEK  ?

Je m’appelle Thomas, j’ai 25 ans et j’habite Paris Sud. J’ai une formation de directeur artistique, métier que j’exerce depuis 5 ans maintenant, et désormais à mi-temps pour pouvoir consacrer plus de temps à la musique.

Lors des ses premiers mois, le projet proposait un style résolument plus chill, aux inspirations Future et même Deep… Que s’est-il passé  ?

Haha, pas tout à fait. En réalité, dans ses premiers mois, le projet a d’abord été orienté Bass Music, Dubstep… Puis il a pris une direction un peu plus House et « Chill ». Là, ça a cartonné : beaucoup de plays, beaucoup de bruit. J’avais (nous avions) un réel plaisir à produire des morceaux comme ça, mais un peu plus de mal avec les shows, où je voulais et j’ai toujours voulu jouer des morceaux énergiques. C’est pour ça que maintenant je me situe à mi-chemin, avec des influences House, Bass Music, parfois même Techno.

 

Un mot relie cependant les deux styles : hybride. Comment as-tu trouvé ta recette  ?

Comme je t’expliquais à la question précédente, le projet a une certaine ancienneté, et j’écoute énormément de musique depuis très jeune. J’ai toujours autant écouté les tendances actuelles que fouillé dans les mouvements musicaux les plus étranges. J’apprécie presque tous les styles et j’essaie de m’inspirer de tout ce qui me plaît. Par exemple je vais aimer l’énergie d’une bassline Garage, je vais m’en inspirer, et l’associer à un reese D’n’B, tout ça en découpant un vocal d’un rappeur d’Atlanta pour la top line … Je pense que tous les producteurs actuels fonctionnent comme ça, les murs entre les genres musicaux se sont effondrés (ou sont en train).

En 3 ans cette recette te permet de signer parmi certains des meilleurs labels Bass House  : Pinnacle Collective, Feature, Confession… Comment as-tu vécu cette ascension  ?

Je suis très content d’avoir pu trouver ma place et signer sur des labels que j’apprécie. Ça apporte une grosse visibilité, et c’est toujours un sentiment très fort de voir des artistes tels que Tchami, Malaa, Alok, ou même récemment DJ Snake, soutenir les morceaux que tu as produit sur ton petit ordi portable. Ça donne du courage et de la motivation pour continuer à t’acharner.

Depuis, la Bass House connaît un succès plus prononcé en France. Selon toi, comment expliquer cet engouement  ?

Très bonne question. Honnêtement je pense que personne n’a la réponse. Les tendances musicales me semblent imprévisibles, surtout en France. Le meilleur exemple récent pour moi, c’est Jul : il s’est fait critiquer de fou au début de sa carrière, cataloguer instantanément, et personne ne croyait vraiment en sa musique. Quelques années plus tard (et 15 albums après) il est l’un des artistes les plus écoutés, et souvent par des gens qui ont commencé par le dénigrer. Et si tu remontes encore plus loin, c’est la même histoire pour les Daft Punk (leur nom en est même issu). C’est difficile d’introduire de nouvelles sonorités ou de mélanger les genres, on s’adresse à beaucoup de publics différents, et je suis vraiment content qu’on commence à se faire comprendre.

En France, les artistes ont pris le pas sur le public  : Malaa, Dustycloud, Tony Romera, Koos… ou encore toi, avez suivi cette mode avant même qu’elle soit arrivée chez nous. Pari ou stratégie  ?

Je pense qu’on a simplement produit la musique qui nous plaît, naturellement. De tous les noms que tu as cité je pense que nous avons sensiblement été influencé par les même grands artistes, dont nous nous sommes nourris pour créer nos propres morceaux. Et cette « mode » a, pour moi, été amenée sur la scène par des artistes français, donc nous y sommes confrontés depuis le début.

76695248_2637687659649430_6202708042790731776_o

Il semble exister une vraie fraternité entre vous, comme l’a prouvé votre passage au ADE 2019. Beaucoup sont même soutenus par Habstrakt, Tchami ou encore DJ Snake, comment est-ce arrivé  ?

Les « grands » du mouvement « House » français, qui fait du bruit aujourd’hui, sont extrêmement bienveillants. Ce sont eux qui sont venus s’intéresser à notre musique, par eux même. Et au lieu de simplement jouer nos morceaux sans aucun retour, ils nous ont soutenus, ils nous ont mis tous en contact, ils nous ont signé, nous on proposé des remix, des première parties… Ils nous ont tiré vers le haut, et nous avons tiré vers le haut à notre tour ceux qui sont arrivés après. Nous sommes maintenant très soudés et il y a un réel esprit d’entraide entre francophones, c’est réellement une force pour nous tous.

Selon toi, la Bass House pourrait-elle devenir le nouvel étandard de la Bass Music auprès d’un public aux goûts musicaux plus classiques  ?

Je n’aime pas vraiment le terme Bass House. C’est créer une catégorie alors que nous essayons tous de sortir de ces cases. J’espère simplement que ces genres hybrides vont permettre aux publics habitués à un style particulier de s’ouvrir à des sonorités différentes. Et c’est déjà un peu le cas, je pense.

Malheureusement, il est temps pour nous de se quitter. Un dernier mot pour tes fans à l’orée d’une nouvelle décennie  ?

Merci pour ces questions très intéressantes. Merci pour tout le soutien que je reçois, il est de plus en plus présent et il me donne énormément d’énergie. Faisons en sorte que cette décennie soit musicalement aussi incroyable que celle que nous venons de vivre.

 

Un grand merci à ASDEK et Ohlala Productions pour nous avoir permis cette interview. On se retrouve à la prochaine Composite  ! 

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s