Dream Nation 2019 : Retour sur une scène Bass foudroyante !

Il y a bientôt deux semaines, nous étions, comme chaque année, à Paris sur la scène Bass Music du Dream Nation Festival et cette année s’annonçait particulièrement épicée ! Venez (re)découvrir avec nous LA soirée Bass de cette rentrée.

Nous rentrons dans le dock Pullman juste avant minuit (nous ratons donc la performance de The Bass Society, qui selon un rapide sondage a donné un bon avant goût de ce qui allait suivre) pour assister au début du carnage orchestré par Downlink et PhaseOne ! Et autant vous dire que nous n’étions pas prêts de commencer de la sorte. Avec un Downlink en furie et très expressif, qui balance IDs et bangers comme son excellent «Moshpit» ou son remix de «Rumble» qui a soulevé la salle !

PhaseOne quant à lui est un peu plus en retrait et ses phases, bien que très violentes, manquent d’originalités. On retrouve un grande partie de son album ainsi que les VIPs associés qui font bel effet. L’inévitable «Welcome to Mayhem» sera peut être passé trop tôt dans son set. Malgré cela, les bass retentissent de plus belles, le set est d’une explosivité rare pour l’horaire et le public peut headbang sur les rails heureusement disponibles cette année.

down

Nous ne sommes pas encore remis de nos émotions que c’est le B2B de la soirée qui commence : Spag Heddy B2B Dubloadz. C’est littéralement un tsunami d’edits et de VIPs qui s’abat sur une foule dans un état de délire total. Les deux compères se connaissent par coeur et prennent plaisir à mixer ensemble. Leur complicité est telle qu’ils pourraient mixer les yeux fermés qu’on en prendrait encore plein les oreilles !

spag 1

Une grosse présence scénique accompagne des classiques comme «Oh My!» (dans son mash up avec «Loose Yourself» d’Eminem) de Spag Heddy, des nouveautés comme les sons du prochain EP de Dubloadz ou encore cette collab dantesque des deux protagonistes ! C’est clairement notre set de la soirée et Dubloadz lui même le qualifiera de l’un de ses meilleurs moments sur scène.

dub

Niveau scénographie, l’organisation a mis le paquet et nous avons devant nous une des plus belles scènes qui nous ait été proposée en 6 éditions. Le lightshow est spectaculaire avec des lasers à tout va et les visuels qui accompagnent les sets sont plus que réussis. On vous laisse en juger par vous même sur cet anime très dark percutant sur la Drum de Black Sun Empire.

Nous avons besoin d’une petite pause et revenons pendant le 1er set Drum’n’Bass de la soirée avec Delta Heavy. Comme à leur habitude, le set est très propre et alterne entre le Dubstep et la Drum. Leur dernier album y passe, ainsi que des grands classiques comme «Ghost» pour un moment fort qui laissera en apesanteur l’assemblée. Mention spéciale pour un nouveau titre très mélodique également avec les mêmes sonorités que «Collide» que nous adorons. Nous avons donc hâte de découvrir un peu plus ce titre. On regrettera un peu le manque de prise de risque et un set peut être trop prévisible.

delta

Vient alors une association d’artistes que nous n’attendions pas et qui nous posait beaucoup d’interrogations : 12th Planet aux platines avec Riot Ten. Et nous avons été déçus. Les deux styles ne collaient pas ensemble, on ressentait énormément les cassures dans les enchaînements et sur qui prenait la main. Malgré cela, indépendamment, les deux Américains ont balancé du sale sur les docks !

12th Planet nous a crédité du catalogue Disciple avec notamment «Hysteria» du dernier EP de Virtual Riot qui fait vraiment réagir la foule, mais aussi ses propres tracks avec son prochain EP, le désormais culte «Bubzstep», l’énorme collaboration «We Don’t Play» présente sur la dernière compilation Alliance Volume 5 de Disciple (qui est moins plaisante sans le visuel qui va avec). Et enfin pour notre plus grand plaisir (avec un peu de nostalgie), nous avons eu le droit à «Dead President» avec Zomboy. Riot Ten, pour sa 1ere en France, n’était pas en reste non plus et son style particulier raisonnait dans Paris. Avec la sortie de son nouvel Album avec notamment une collab avec YDG, le public lui montrera l’hospitalité française de la bonne manière !

12

C’est au tour de Black Sun Empire de nous fatiguer les jambes. Et ce set 100% Drum, malheureusement le seul de la soirée, revigore le public qui se met à skanker de partout ! Les patrons de Blackout ne se limite pas à leur genre et aux artistes du label, malgré le passage dingue du nouvel EP de State of Mind. Mais c’est un set très varié qui nous est offert avec de la neuro, de la deep qui renverse la foule avec ses basses prenantes, et aussi le passage obligatoire de «Tour» de Macky Gee. Nous avons obligatoirement un hommage à Noisia qui nous rappelle la triste nouvelle de l’arrêt du groupe l’année prochaine mais qui amène une très belle émotion. En clair, on regrettera de n’avoir eu qu’un seul set 100% Drum car il était bon !

BSE

Pour le dernier set de la soirée, Dream Nation avait décider d’aligner deux monstres puisque Figure et Megalodon entraient pour nous achever. Une heure de carnage commence alors pour les guerriers encore présents ! Megalodon n’ayant pas joué depuis longtemps devant le public français, il avait à coeur de nous montrer qu’il nous aime toujours avec notamment le VIP de «Jurassic» qui a probablement cassé quelques nuques.

figure 2

Figure quant à lui nous a gratifié de son prochain album qui sort prochainement, et les murs ont vibré ! Son style s’impose sur la foule qui en redemande à chaque drop. On peut entendre ses collab avec Graphyt ou Code: Pandorum, et ce set se transforme rapidement en B2B2B car Downlink rejoint les platines ! La scène devient alors un champ de bataille et l’on s’en prend plein les oreilles avec des grosses phases Deathstep qui clôture en beauté cette soirée.

figure

Pour sa 6e édition, Dream Nation nous prouve encore qu’il est un acteur majeur de la scène française et qu’il ne cesse de s’améliorer pour nous proposer toujours plus grand. Certains regretterons de ne pas avoir eu de solo set en Dubstep, mais les B2B peuvent être épiques comme un peu moins réussis. Il n’empêche que cette soirée était puissante, sans oublier le closing avec pour la 1ere fois trois scènes dont une Bass Music, et nous avons hâte de voir ce qui nous attend l’année prochaine !

outro

Crédits photos : Designatic, Xerce, Sofiane Skn, Tribu de nuit

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s