Rampage : Les origines d’un Titan !

À tout juste quelques jours du premier festival Rampage Open Air qui se tiendra au Kristalpark de Lommel en Belgique, et qui – comme d’habitude – se verra accueillir les plus grand noms tels que Dirtyphonics, Doctor P, 12th Planet, Spor, Matrix & Futurbound (puis bien d’autres), nous nous sommes dit que tout ça n’était pas apparu par l’opération du saint-esprit. Comment Rampage est-elle devenue la plus grosse soirée Bass Music du monde ? Quels ont été les tenants et aboutissants d’une marque devenue virale et incontournable dans le milieu ? On vous en dit plus dans cet article qui remonte le temps jusqu’à il y a 10 ans.

NAISSANCE

Tout commence en 2009 au Trix Club d’Anvers, avec un certain Murdock alias Hans Machiels, qui décide d’organiser une soirée réunissant Dubstep et Drum’n Bass (un concept quasi inexistant à l’époque). Lui qui en est friand se lamente de ne pouvoir jouer ces genres musicaux en soirée, et se retrouve avec quelques copains partageant la même passion, à imprimer des flyers, servir des verres, s’occuper des entrées…

Le flamand invite donc Sub Focus, Original Sin ou encore Danny Byrd, et cette première soirée fonctionne à merveille avec une salle de 1100 personnes pleine à craquer. Il lance également dans le même temps son label Radar Record afin de publier sa musique et celle des jeunes talents.
Rebelote en 2010, toujours au Trix Club, avec Camo & Krooked, Danny Byrd et Flux Pavilion pour un nouveau succès.

Et c’est l’année suivante que Rampage ouvre une seconde salle dans le Trix afin de fêter dignement ses 3 ans avec les guests SKisM, Delta Heavy, Inspector Dubplate, et notre cher Murdock comme maître de cérémonie.

UPGRADE

387550_10152137660370051_2060065506_n

Ayant démarré sur les chapeaux de roues, Rampage décide en 2012 de voir encore plus grand (une habitude qui n’a pas changé on dirait). C’est donc dans la belle et majestueuse salle du Lotto Arena, pouvant accueillir jusqu’à 6000 personnes, que la 4ème édition se transforme en un événement dantesque : SKisM, Eptic et Caspa en tête d’affiche, des artistes qui s’inscrivaient tout à fait dans la folle effervescence du Dubstep à l’époque. Same shit en 2013 avec cette fois-ci de grands panneaux à LED de chaque côtés de la scène, puis un immense panneau circulaire surplombant la foule.

526859_10152707288855051_751870976_n

429143_10151366208225051_1889450138_n

422011_10151366207910051_916374461_n

 

L’ASCENSION

Mais c’est en 2014 que Rampage prend un nouveau tournant. L’aventure au Sportpaleis commence. Passer d’une salle de 1100 personnes à une arène de 20 000 en 5 ans c’est quand même culotté ! La première édition dans l’arène met sur le devant de la scène Funtcase B2B Flux Pavilion, Camo & Krooked, Eptic B2B Habstrakt, Macky Gee ou 50 Carrot. Un gigantesque logo Rampage se trouve au dessus du DJ tandis qu’un grand panneau à LED circulaire surplombe la foule.

1957961_10153852968695051_227047213_n

D’ailleurs pour la petite histoire, ce logo représente un babouin, un crâne et un robot à la fois ! Ce sont Uber et Kosher qui en sont à l’origine, comme le raconte Murdock dans cette interview.

« The artwork is in the hands of Uber And Kosher, designers from Antwerp that are also responsible for Travis Scott’s merchandise, record sleeves for Calvin Harris, prints for Raf Simons and fashion campaigns for brands like Wrangler jeans. The main guy is a childhood friend of mine and we vibe very well when it comes to the artwork we need for Rampage. His initial designs were tribal masks and the final one from that series was a stylized baboon that we kept chipping away at till it became the most rudimental, spaced out form possible and we have been using that one for the past few years. So yes, it is a baboon, a robot and a skull ! »

Hans Machiels aka Murdock

En 2015, c’est sur un cube à LED que Noisia, Chase & Status, Tantrum Desire, Dirtyphonics, Audio, et bien d’autres, enflamment Anvers. Toute la scène est d’ailleurs équipée de lanceurs de flammes qui auront fait leur effet sur l’énorme B2B de Eptic et Funtcase. B2B encore inscrit dans la légende aujourd’hui !

10866161_10155357306365051_8614191258121456613_o

Tout le monde reste bouche bée en 2016 lorsque les moyens mis en place pour le light system sont découverts. Énormes prestations de Sub Focus, Caspa & Rusko et le B2B entre Megalodon et 12th Planet, qui nous donnent encore des frissons.

12795018_10156695107760051_3454506042957206894_o

RAMPAGE : LE BIG BOSS

Résumons. Des panneaux LED de partout, des lanceurs de flammes, des lasers, etc. Non ce n’était pas suffisant. Pourquoi ne pas rajouter un toit amovible équipé de lanceurs de Co2 au dessus de la tête du public ? Voici en quelques mots l’édition de 2017 qui a scotché tout le monde sur place. C’est sur les sets de Noisia (qui présentait Outer Edges), Funtcase B2B Doctor P, Eptic, Modestep, Mefjus & more que le public à pu profiter de cette toute nouvelle avancée scénique. Le bruit de ces fameux lanceurs de Co2 résonnent encore dans les esprits…

16903375_10158308565320051_792687100632587853_o

16836102_10158308572995051_1239437290521352282_o

On ne change pas une équipe qui gagne ! Même recette pour 2018 et 2019 avec le toit amovible mais une nouveauté par rapport aux années précédentes. Non pas une soirée, mais bien deux soirs de suite ! Rampage est devenue Rampage Weekend ! Toujours plus. Côté artistes on aura particulièrement tapé du pied sur les sets de Andy C (présent les deux années) Camo &  Krooked, Pendulum, Current Value, Snails & Killbox en 2018 puis Dimension, Dion Timmer, l’énorme B2B entre Dubloadz, Herobust et Spag Heddy puis évidemment Excision avec son full visual show en 2019 pour les 10 ans.

2018

28828382_10160182911590051_3359967233278169422_o

2019 – 10 YEARS

60339161_10161912823715051_3426684282100252672_o

De retour dans le présent, voyons voir ce que nous réserve Rampage pour sa première édition en open-air. Mais grâce au professionnalisme dont ils ont su faire preuve tout au long de leur événements, nous sommes plus qu’impatient à l’idée de venir nous rassasier les oreilles cette fois-ci, les cheveux au vent.

Tickets toujours disponibles ICI !

Crédits photos : Kim Nys – Framed Media – Dlux fotografie – Kurt Vandeweerdt Photography – Fille Roelants Photography – Pixelle Photographe – Philippe Wuyts Photography – Silvdbphotography

 

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s