Hallow 2 : la suite d’une saga foudroyante !

Il y a un peu plus d’une semaine, nous étions de nouveau au Bikini à Toulouse pour le 2e chapitre des soirées Hallow. Ça devait être une des destinations de Midnight Tyrannosaurus lors de sa tournée européenne, mais mère nature et le blizzard l’ont cloué à Denver. Regarts nous a donc offert non pas un artiste, mais trois pour le remplacer avec un B2B d’Ivory et de SampliFire, et Code: Pandorum qui se joint au set de Qoiet

Nous arrivons à la fin du set de l’incontournable Pwik Masta, qui comme à son habitude nous offre un set alternant entre des sons récents et du oldschool, les connaisseurs se réjouissent et la foule se chauffe doucement. Les visuels sont encore timides, mais avec l’équipe de The Hybrid Project aux commandes, nous avons hâte de voir la suite !

graphyt

C’est alors le premier membre de notre gang de frenchies qui s’avance, et Graphyt envoie tout de suite des signes annonciateur d’un set et d’une soirée éprouvante ! Les bangers pleuvent et la température est déjà très élevée. On peut entendre ses propres sons sortis sur le Black Label mais aussi un peu de D’n’B qu’il produit sous le nom de Digital Fracture qui ravit le public déjà présent. On n’oubliera pas «Rumble» d’Excision hurlé par la salle et qui déchaînera les headbangers. Les visuels aussi s’énervent et nous pouvons voir l’immense masque présent sur l’une des créatures de l’affiche, créé par le toulousain Kasaey,  et qui donne tout son sens à l’identité de la Hallow.

gr

C’est alors au tour de son compatriote avec qui il a mixé de nombreuses fois, nous avons nommé, Ecraze ! Le Français poursuit sur la lancée de son prédécesseur et assène à la foule un rythme effréné. Les murs résonnent, la salle est comble et nous devons déjà faire des pauses pour nous hydrater ! On prend plaisir à entendre ses collabs avec Graphyt ou encore dans un style différent «Bongo Boi» d’Oolacile & 12th Planet. Comme à son habitude c’est un set de qualité qui prend place dans cette soirée dantesque.

ecraze

Apashe prend ensuite les commandes, et ce n’est pas de tout repos ! Son style si particulier, aux inspirations classiques et oscillant entre Trap et Dubstep fait passer littéralement la soirée dans une autre dimension. Il nous présente «The Good The Bad & The Fake», son dernier Ep, mais aussi des exclus que nous avons hâte de voir sortir comme cette collab avec Ganja White Night.

Le lightshow, les lasers ainsi que les visuels 3D sont impressionnants et The Hybrid Project nous montre encore une fois ce soir qu’ils sont au rendez-vous comme en atteste ces deux immenses visages de divinité grecques tournoyantes en 3D tirées des visuel de tournée d’Apashe !

Le set d’Apashe ne nous laisse pourtant pas le temps de les contempler trop longtemps tant la violence est présente et c’est en sueur que la foule termine ce set ! 

apashe

Et c’est en formation FOUR HORSEMEN que débute le B2B d’Ivory et SampliFire, puisque Ecraze et Graphyt les rejoignent sur scène afin de balancer leur titre «ANIMALZ» !   Nous faisons alors une pause afin de réaliser une nouvelle interview d’Apashe que vous pourrez retrouver très vite sur notre site. Mais lorsque nous revenons, c’est une salle en feu que nous retrouvons ! Les murs tremblent et nous entendons même quelques exclus que nous retrouverons peut être sur le prochain ep de SampliFire qui vient d’être annoncé sur le Black Label. Les deux amis sont heureux d’être là et c’est un set de folie qu’ils nous offrent ! 

frenchie

Une immense faucheuse apparaît alors pour l’entrée de nos deux derniers artistes, Code: Pandorum et Qoiet, pour un set qu’ils ont annoncé être 100% exclusif ! Les basses résonnent alors dans la salle et les maîtres du Deathstep ont clairement pour mission de nous achever. Les visuels et les créatures 3D prennent alors un tout autre aspect et accompagnent parfaitement ce déchaînement de fureur. On surprend même Qoiet se saisir plusieurs fois du micro pour effectuer lui même les vocales Métal de ses morceaux ou encore d’organiser un sit qui créera une onde de choc sur le drop ! Cette soirée ce termine alors et l’objectif est clairement un succès, nous n’avons plus de cervicales…

codep

Malgré l’absence de Midnight Tyrannosaurus, Regarts a parfaitement su réagir et s’est démenée pour nous offrir un line up d’une très grande qualité. Les artistes ont répondu présents et les visuels étaient à couper le souffle ! La Hallow s’inscrit définitivement comme la soirée Dubstep toulousaine et nous n’attendons qu’une chose, le 3e chapitre !

54729066_2299101740171489_5686733078693675008_n

Crédit photos : Louis Derigon Photography

 

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s