Composite #2 : La Bass House s’installe à Paris

Le week-end dernier, nous nous rendions sur les quais de Seine, et plus précisément au Petit Bain, pour la seconde édition de Composite, première soirée 100% Bass House ! Concept prometteur qui aura su attirer les foules en juin dernier, il est tant de découvrir si l’équipe de Get In Step est parvenu trouver son nouveau public.

Nous nous approchons du Petit Bain et nos oreilles frétillent déjà : l’éternel apéro sur les quais est toujours au rendez-vous. Et si certains se sont mis au diapason et nous balancent leurs meilleurs 130 bpm, certains irréductibles ne peuvent s’empêcher d’augmenter le tempo et de nous inonder de Dubstep ou encore de Drum and Bass. Il est temps de rentrer après un temps d’attente presque inexistant. La sécurité et les organisateurs sont des habitués du lieu, et cette sérénité se poursuivra dans les déplacements entre salle et fumoir tout au long de la soirée, pour la joie des plus hyperactifs.

Gaëtan Vigier est aux platines depuis une bonne demi-heure lorsque nous descendons les escaliers. La salle est encore un peu vide, mais l’ambiance, elle, est déjà bien là ! En effet, Gaëtan nous distille sa Tech-House avec une grande finesse : ses propres productions à la construction très progressive s’accordent parfaitement à la structure de son set.
Entre Tech et G-House, on sent que le jeune DJ s’est accordé au ton de la soirée. Malgré tout, sa tracklist forte et bien pressenti nous permet d’apprécier ce warm-up techniquement bien au delà de ce que l’on peut généralement entendre en soirée. À peine quelques minutes après notre arrivée, la salle se remplit en un instant à l’approche du set d’Asdek, offrant une fin de set épique au jeune Gaëtan. Bravo à lui !

44332044_535728190242191_6070373348712382464_o.jpg

Asdek s’avance devant un tonnerre d’applaudissement partagé pour les deux artistes qui s’échangent les platines. En quelques instants, l’ambiance change pourtant du tout au tout lorsque les premières notent résonnent. La House sexy et suave laisse place à une grosse intro Trap, imposant le style résolument sombre d’Asdek. Les bangers côtoient une G-House minimaliste et soulignent l’importance du Less is more : les nombreux silences et l’importante place laissée à chaque piste permettent de mettre en exergue chaque track, chaque sample.
Grand représentant de la nouvelle French Touch, Thomas vient de nous prouver que ce mouvement n’en est qu’à ses débuts. Un artiste à surveiller de près !

La tête d’affiche de la soirée : Taiki Nulight, nous arrive directement d’Angleterre avec son style unique qui déchaîne la foule dès ses premiers tracks. La puissance de la Bassline et de la UK Bass font clairement monter monter la température. Dans un mix bien plus dynamique que les artistes précédent, on ressent vite que l’on est passé à la vraie partie Bass de cette soirée. Les drops se font alors plus nombreux, les transitions et breaks plus courts, et le rythme de la musique accélère celui des cœurs.
Les allers-retours au fumoir se font plus fréquents, et une vraie cohésion naît dans l’enceinte du Petit Bain.
Les différents DJ passent tour à tour au fumoir pour discuter avec leurs fans dans une ambiance plus que bonne enfant. La puissance du 130 bpm est à son paroxysme lorsqu’il est déjà temps de laisser la place aux autres parisiens du line-up.

44345745_535722136909463_1506694125372571648_o

Le duo SQWAD, plus connu de nos confrères de soirées Bass, sont aussi plus confiants et plus à l’aise, à l’image de l’interview que nous avons pu réaliser, disponible ici. Leur tracklist presque 100% Bass House, permet d’atteindre une intensité exceptionnelle grâce à ce line-up très bien calculé.
Partageant les platines puis se les échangeant, Etienne et Antoine savent comment mettre l’ambiance malgré les problèmes techniques ayant quelque peu entaché leur set. Rien de bien grave, et les gars reprennent de plus belle à trois reprise, prouvant encore une fois qu’être un DJ n’est pas qu’une question de technique. Un grand merci pour leur enthousiasme !

Pour ce dernier set de la soirée, le duo lyonnais Flatmate, amputé d’une de ses moitiés, vient rajouter un cran de violence supplémentaire afin de définitivement couler le Petit Bain. Le set oscille entre Bass House et Bass Music plus généraliste, ce qui provoque tant de grands cris de joies que quelques regards sceptiques parmi les spectateurs les moins fans de ces styles musicaux.
Cependant, il s’agit d’un climax franchement efficace afin de terminer cette soirée en toute beauté. La salle se vide petit à petit, laissant les plus déchaînés attendre le retour des lumières de la salle comme du petit matin.

44356020_535723860242624_1117809111874928640_o.jpg

Ce deuxième épisode de la saga Composite s’achève. Devant un public bien plus nombreux, les artistes et organisateurs se sont surpassés afin de nous offrir ce spectacle encore unique en France.
Fort heureusement, on ne peut conclure que par de grands encouragements à toute l’équipe qui a manifestement su trouver son public et sa ligne éditoriale. C’est avec impatience que l’on attend la 3e édition !

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s