Retour sur Bass Canyon, notre premier festival américain !

Il n’y a pas à dire, quand Excision pond un festival, il met les petits plats dans les grands. L’Amérique c’est grand, tout y est démesuré. On le sait, on nous le dit, pourtant rien ne vaut l’expérience de se retrouver devant la vue de l’amphithéâtre de The Gorge, sous les 500 kilos de son diffusés par PK Sound. Saupoudrez le tout d’un line-up de l’espace, tout ça sur la scène du Paradox et vous obtenez le meilleur festival qu’il nous ai été donné de faire !

Contextualisons tout d’abord un peu. Nous atterrissons à Seattle, qui est définitivement une mégapole impressionnante. Beaucoup de quartiers différents, beaucoup de choses à voir et à faire, et de la weed comme s’il en pleuvait (rires). Après quelques problèmes de bagages, nous arrivons finalement au festival en voiture de location (les bourgeois), pour le deuxième soir (les loosers). Nous sommes tout de suite frappés par les «costumes» colorés des festivaliers, et surtout par la légèreté de ceux des festivalières. C’est joli à regarder, chacun y va de sa pancarte ou de son t-shirt Rick & Morty, les gens échangent des bracelets, la bonne humeur quoi !
La bonne humeur oui, mais plutôt sobre, car s’il est en effet permis de boire sur le camping, l’organisation à l’américaine est très stricte sur l’usage de l’alcool sur le site. Il faut même porter un bracelet pour prouver que l’on a l’âge de boire.

tyvek-1-inch-drinking-age-verified-event-wristbands-pattern-design

L’organisation parlons en. Malgré une sévérité notoire autour des substances consommables (sauf la weed, c’est légal et il y en a partout), le site est très bien construit, l’appli permettant d’obtenir la timetable et la carte de l’amphithéâtre est décemment développée. Malgré la grande surface de The Gorge, impossible de s’y perdre même en le voulant.
Le camping est rempli de camping-cars plus colorés les uns que les autres, de drapeaux de confréries, et malgré une météo légèrement capricieuse, rien ne saurais entamer l’enthousiasme des festivaliers américains, tous très sympathiques et serviables. L’ambiance générale est donc vraiment très bonne..

40262250_10217401443093786_5734086733809582080_n

Passons maintenant aux choses sérieuses. Passé le premier choc visuel, nous arrivons dans la fosse (The Pit). Les 500 kilos sont bel et bien là, ça ne fait aucun doute. Notre bien connu Spag Heddy est en train d’étaler sa sauce sur tout le monde, c’est simplement démentiel.
Pour avoir vu de belles sonos lors de nos périples festivaliers européens, nous pouvons vous garantir que la comparaison ne tient pas. Le monstre est en plus élégamment habillé d’écrans immenses pour le mapping, et tous les artistes ont fait l’effort d’y afficher quelque chose. De manière générale, les visuels sont vraiment cool et les lights parfaitement gérés.

40079658_1919750524756258_1991724597426257920_o

Si le staff a probablement dû gérer un système son «légèrement» plus bourrin qu’à son habitude, on sent que l’amphithéâtre n’en est pas à son premier show. Le son est parfaitement réglé, les vêtements nous vibrent dessus sans que l’on soit capable d’entendre la moindre distorsion. En bons mélomanes, nous nous sommes placés au niveau de la régie pour le gros du spectacle, mais nous doutons fortement que les autres festivaliers hors de la fosse aient peiné à entendre les artistes (rires).
À l’américaine, dans le bon sens du terme, pas grand chose à dire de plus de ce côté là.

Arrive le plat de résistance bien entendu, le line-up interstellaire que vous avez pu apercevoir sur l’affiche du festival. Nous ne rentrerons bien sûr pas dans le détail de chacun des sets dont nous avons pu profiter pour ce report. Nous pouvons nous mettre à écrire un livre sinon (rires).
Nous avons l’impression de redécouvrir des artistes que nous avons habituellement vu sur de plus petites scènes comme Trampa, Cookie Monsta, ou Bear Grillz, la sono y étant clairement pour quelque chose. Cela dit les tracklists et le mapping dénotent clairement d’un effort particulier pour l’occasion.

41026169_1888025734826945_3790245897837740032_o

Quant aux cadors du festival, et il y en a une belle poignée, de Herobust à Zomboy en passant par le maître des lieux Excision, ainsi que ses pote de l’âge d’or du label Rottun Recordings : Downlink et Liquid Stranger, qui ne feront pas dans la dentelle.

41287713_1888025968160255_1524020306912477184_o

Des tracklists toute neuves, des visuels qui font penser à l’enfant de Banksy et d’After Effects, et régulièrement, une annonce de nouveau track dévoilé en exclusivité.

Avant d’entamer la conclusion, mention spéciale à Liquid Stranger, la hype était immense pour nous et pourtant aucune forme de déception, il s’agissait bien d’un set exceptionnel. Mention spéciale également à Bear Grillz, qui a clairement augmenté sa qualité de prestation pour la scène du Bass Canyon, à Zomboy pour avoir su renouveler ses sets de Brostep (avec de plus en plus de Riddim tout de même).
Et enfin Excision, dont le detox set nous a clairement rendu fou (le meilleur avec celui de Liquid Stranger, à notre avis), et dont le closing avec NGHTMRE et SLANDER qui nous a fait lâcher une larme de regret pour leur set du premier soir que nous avions loupé.

41223428_1888025578160294_890430382128758784_o

Voilà c’est terminé, plus que la vue à admirer (et quelle vue !). Le bilan est assez vite fait, hormis les inconvénients inhérents directement du fait que l’on soit aux USA (et nous vous rappelons que cela suppose également beaucoup d’avantages), il n’y a que des choses positives ! Un endroit admirable, une belle scène avec de magnifiques visuels, un son incroyable, des artistes tous au top de leur forme. Et surtout, le public américain est vraiment génial. Festival au top.

41310785_1888025648160287_1819793526104260608_o

Allez y l’an prochain si vous le pouvez, nous en tout cas il se peut que nous retournons faire un tour du côté de The Gorge… 

En attendant on se donne rendez-vous dans quelques jours pour son grand frère, le Lost Lands Festival où nous seront également présents. Comptez sur nous pour un nouveau report ainsi que des photos et vidéos !

Crédits photos : Jake West Photo, Stoner Music, Lost Lands Music Festival, Fadewood Live

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s