193 Records accomplit avec succès sa dernière mission avant Ambassad #2

Alors qu’AMBASSAD approche à grands pas, 193 Records nous a fait patienter avec une superbe édition de Drop In Bass ! Cette fois-ci, les styles ont été diversifiés pour nous en mettre plein les oreilles. De nouveau à bord du V-SO, Milas était là pour assurer au public que tout est bien prêt pour le futur événement qui arrive !
Nous avons eu la chance de pouvoir assister à cette édition pour vous livrer notre ressenti. Cette édition a réuni des artistes talentueux, que ce soit en live comme en production, avec un style bien lourd comme on l’aime !

C’est à nos amis de Disorder Type de chauffer la salle pour les premiers arrivants. Si vous ne les connaissez pas, c’est un duo parisien qui a l’habitude de mettre le feu dans de plus petits événements sur Paris, depuis un petit moment maintenant. Ils nous servent pas mal de sons divers, que ce soit du bien gras, représenté par exemple avec «Project Leviathan» de MurDa, Lord Swan3x, KRAM et Cruel Reaction, ou bien du son un peu plus mélodique comme la dernière bombe par Axel Boy, «Magnetism».
Nous retrouvons aussi des sons génériques comme le remix de «Imunnity» par YKES, en passant également par des sons Trap avec «Genesis», remixé par Tsuruda. Ils nous lâchent aussi leur propre production sur le sound system du V-SO avec «Hide n Seek» !

Comme à son habitude, Milas chauffe avec aisance le public. Agité et sous l’œil attentif de Trampa, il enchaîne bangers sur bangers, notamment la récente mais déjà célèbre collaboration entre Excision et Space Laces, «Rumble», que l’on a entendu plusieurs fois par la suite. La nouvelle bombe d’Ivory, «Next Level», est également larguée dans l’enceinte de la salle déjà bien remplie.


Enchaînant directement après la vague Milas, l’irréductible allemand Bukez Finezt nous a livré le set le plus riche de la soirée, mêlant Deep Dubstep et Riddim des plus agressifs.
Si le début de son set semble être jugé lent par certains, d’autres valident la variété de ce dernier. L’éclectique membre des Monsters s’amuse et surprend son public. De ses classiques «Thuggery» ou encore «Trunk», il épate aussi la foule avec un retour vers le passé, notamment avec les très célèbres «Samba de Janeiro de Bellini» et «Rhythm of the Night de Corona», parsemées de wobbles, et ce pour notre plus grand plaisir.
Coup de massue germanique sur la foule ! Son fameux remix d’«Hi Tek» de Spass secoue cette dernière, les bassheads sont également enjoués lorsque Bukez Finezt nous balance la «VIP de Scottish Warlord», signée Akira !
Un voyage à la fois tropical et sismique des plus plaisant ! 

Puis arrive Bear Grillz ! Cela faisait un peu plus d’un an qu’il n’était pas passé sur la capitale.
À peine arrivé sur scène, il enfile son costume à leds et se fond dans le personnage, et ce malgré la chaleur ! Il commence directement avec la récente collaboration d’Excision et Space Lacespuis enchaîne avec de supers tracks Dubstep bien violents, avec son style et sa technique de mix.
Si vous avez déjà eu l’occasion de le voir, il a pour habitude de mettre une grosse montée d’un son pour balancer le drop d’un autre encore plus lourd ! Il passe notamment de bons classiques avec Eptic, un super remix de «Gem Shards» de Must Die!, et poursuit en mettant ses propres sons et collaborations comme «Rage» avec Sullivan King. Et même si nous sommes en 2018, il nous fait une petite surprise pleine de nostalgie en balançant le bon vieux «Cinema» de Benny Benassi, remixé par Skrillex!


Pour succéder à l’ours californien, c’est au tour du Britannique Trampa !

Il est très attendu et il est là pour (re)conquérir le public. La violence qu’il incarne à travers ses propres productions, comme «Rocket Fuel» en ouverture, fait beaucoup de dégâts dans la salle.
Entendue plusieurs fois dans la soirée, la nouvelle bombe de Space Laces, «Torque»,  résonne une ultime fois dans le VSO. Un plaisir partagé entre les fans du prodige britannique et lui-même, ayant même révélé au micro que Paris était le meilleur public qu’il connaissait. La foule ravie, n’a cessé de donner de la voix et d’enchaîner les pogos à répétition, notamment sur «In The Pit» de Lil Jon.
Le fameux mashup entre le classique «I Can’t Stop» de Flux Pavilion et «Wasteland» de Phiso a finalement achevé le public, la même pépite lors de son passage à la Splash de Janvier 2017. Une grosse claque made in UK, c’est pile ce que l’on demandait.


Le Cookerz Crew est aussi de la partie avec SHRQ et JIQZY. Ils ont la lourde tâche de combler l’absence de l’Américain HE$H, ayant annoncé sa non-venue, qui lui aussi, était très attendu par le public parisien. Un pari que réussissent les jeunes membres du Cookerz, qui allient pur Dubstep et Riddim bien gras. Le set dure 30 minutes, c’est ainsi que SHRQ et JIQZY se partagent les platines, balançant notamment l’excellent «Fearless VIP» d’Infekt, ou encore les prods faites maison de JIQZY, un pur régal en attendant Zblu et Ennemi pour la clôture !


On continue avec des Français pour le close up : ce sont Zblu et Ennemi qui retournent littéralement la salle pour clôturer cette Drop In Bass des plus énergique. Malgré quelques problèmes techniques, ils arrivent à régaler la foule, encore et toujours aussi dense, avec des drops puissants et des surprises à la sauce Trap.
En balançant sa toute nouvelle pépite made in
193 Records, bientôt disponible, Zblu remercie le public comme il se doit. 

Nous avons vraiment adoré cette édition : que ce soit l’énergie des artistes qui nous ont fait voyager dans les variantes du Dubstep et dans les époques, ou encore l’énergie du public déchaîné, le tout résultant d’une ambiance parfaite !  À noter que le son du V-SO était aussi de très bonne qualité et semblait meilleur que les fois précédentes. Malgré le monde, il y avait parfaitement la place pour bouger, se défouler et circuler, même le fumoir était assez accessible ! Seul (petit) bémol : le lightshow n’était pas à la hauteur du reste.

Sur ce, on se retrouve à AMBASSAD II et nous avons tous hâte d’y être !

Crédit photo : Tomo Photograpics

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s