Une deuxième édition plus que réussie pour la Skurt

Il y a bientôt 10 jours, nous nous dirigions vers le sud de la France direction le Bikini, pour le deuxième épisode de la Skurt. Au programme ? FuntCase, Cookie Monsta, Culprate et Badklaat. Rien que ça !
Revivez avec nous cette soirée mythique.

Lorsque nous arrivons sur le parking du Bikini, plusieurs bassheads sont déjà au rendez-vous, se préparant à l’assaut de ce soir. Nous profitons d’un peu de temps pour faire connaissance avec quelques membres de Dark Pack et entrons finalement dans la salle.

L’artiste lyonnais Nost est aux commandes, c’est à lui que revient la lourde tâche de chauffer le public. Et ils sont déjà nombreux devant lui à se défouler, chose qui n’arrive pas à toutes les soirées pour le warm-up.

Il nous offre alors un set alliant Riddim et Dubstep assez violent et fait réagir les bassheads avec de terribles bangers comme «Angel Style» de Svdden Death et Somnium Sound ou «Freak» de Borgore et Gentlemens Club. Au milieu se retrouvent quelques unes de ses productions personnelles, et ce n’est pas elles qui risquent faire retomber la pression, vous devriez aller écouter «See Ya» ou «Let Me» !

Il n’hésite pas à nous passer «Dead Side», issu de son dernier EP du même nom, sorti sur 193 Records, que nous vous conseillons d’aller écouter également.

Le public est alors surpris et montre un grand enthousiasme quand des lasers s’allument quelques minutes avant qu’il ne passe la main à son camarade marseillais !

Angry Sender entre en scène et montre dès le début qu’il n’est pas venu plaisanter en envoyant l’un des sons du moment, «Rumble» par Excision et Space Laces. Il continue ensuite, tout comme son prédécesseur, dans la violence et la puissance. Parti comme ça et sachant ce qui nous attend, ça risque de devenir les mots clés de la soirée…

La salle ne cesse de se remplir, le jeune marseillais opte pour un set qui se veut un peu plus varié tout de même où nous retrouvons «Junkworld» de Svdden Death ou Xilent avec son remix d’«After All», produit de base par Slander et Yookie.

Alors que l’éclairage passe au blanc, il met tout le monde d’accord lorsqu’il passe le désormais classique «Tommy’s Theme Outer Edges Remix» de Noisia, tandis que les magnifiques ligths de ce soir alternent entre le blanc et le violet pendant le drop.
Il profite de ce genre de moments magiques pour drop «One More», un son exclusif lui appartenant, ou encore «Mr Meeseeks» où les headbangers sont au rendez-vous !

Maintenant que la salle est bouillante après ces entrées en matière de folie, place à Culprate, la première grosse tête d’affiche de cette deuxième Skurt. Il commence son set de manière assez inattendue avec «Phantom», un track orienté très «deep» avec un tempo assez rapide.

Il enchaîne son set mixant Dubstep, Drumstep, Drum and Bass et Electro de manière très juste. Côté dubstep, nous retrouvons l’un de ses gros classiques : «Nightmares In Reality» en collaboration avec Mc Maksim. En parallèle, le lightshow tient toute ses promesses, les lasers continuent à nous bluffer et les visuels sur l’écran sont très réussis.

Ce set fut une très grosse surprise, le mix fut quasi parfait techniquement parlant. Si vous aimiez tous les styles présents, alors vous n’avez pu qu’adorer, et si vous n’étiez pas là nous vous conseillons d’aller le découvrir lors d’un de ses futurs shows !

Après un set éclectique et survolté de la part de l’ami Culprate, c’est cette fois au tour du Cookie Monster de la Bass Music, Cookie Monsta, de reprendre les rênes devant un Bikini plein à craquer !

Tout comme Angry Sender plus tôt dans la soirée, il commence son set avec cette nouvelle collab Excision/Space Laces, mais cette fois en double drop avec un son Riddim que l’on ne connait pas. Le public est déjà fou devant cette technique et cette énergie que déploie notre homme cookie.

C’est une véritable avalanche de basses que nous affrontons lors d’un set que l’on peut clairement qualifier de performance !

PhaseOne avec «Double Up», Subtronics et «Blastin» ou encore Murda, Franky Nuts, Snails… Il y en a pour tous, tout en restant dans la violence. Les doubles drops s’enchaînent, tous aussi bien réussis les uns que les autres, comme le remix de «Something Just Like This» de Dion Timmer qui se retrouve avec l’indémodable «Knuckle Sandwich» de Badklaat. Les résultats sont juste magnifiques, rien à dire.

Parmi ses productions nous retrouvons «Xterminate», dernière en date, mais aussi «Ruff 2018» en exclusivité puisqu’elle ne sortira que quelques jours plus tard ! Tout ça dans une ambiance visuelle des plus agréable, toujours grâce au magnifique jeu de lumière ainsi que le visuel de fond qui restait assez simple mais qui continuait très bien de faire son taf.

Avant de laisser sa place à son grand acolyte FuntCase, il fait alors allumer tous les briquets et flash sur son sublime remix de Gentlemens Club «Take You Back» qui cloture cette nouvelle prouesse.

«FuntCase strikes again…», cette intro nous avait presque manqué depuis son dernier passage en France à Tours pour la RED is Dubstep #1 (RIP). Il commence comme à son habitude avec son remix de «Snake» de Dead Exit suivi de la version VIP de «Nothing On Me» par Phiso, notre homme masqué a donc apparement prévu de garder ce début de set cette année. Après deux minutes de set, le Bikini est complètement retourné par le Dj/Producteur britannique.

Il enchaîne avec une exclusivité de Flakzz totalement folle, «Jaded» qui sortira très bientôt sur la deuxième compilation DPMO, nous avons hâte. S’ensuit de manière d’autant plus violente «Rock Like This» de Svdden Death, ou encore «Drunkzelda» de nos Frenchies Ivory et Ganon. Nous avons droit également à deux exclusivités que plusieurs fans attendaient. Tout d’abord sa collaboration avec l’Américain Wooli, mais aussi son incroyable remix de «Forever» pour Snails et Dion Timmer !

Avec une technique toujours aussi impressionnante, il nous délivre encore une fois un set parfait. Il termine en beauté avec son classique mais toujours aussi efficace «Scary Yikes Grzz», sous l’ovation du public. Il cède alors sa place et laisse son compatriote anglais de chez Never Say Die se saisir des platines: Badklaat !

Badklaat est le dernier à s’élancer pour cette Skurt et a pour objectif de terminer tous les survivants, qui sont encore très nombreux. Malgré l’enchaînement ultra-violent des sets précédents, le public reste debout et montre son engouement et sa folie à l’idée de l’entrée en scène de l’Anglais.

Dès le départ, retentit l’un de ses gros classiques : «Rompa Stompa» suivi de «The Fight» par Ivory (c’est assez dingue de voir à quel point il se retrouve dans tous les sets actuellement). Nous retrouvons beaucoup de tracks incontournables du moment comme le remix de «ZomboyBiterz» par Svdden Death, le remix de «Humble» par Skrillex ou encore «Boss» par AFK et Carbin.

Une exclusivité est néanmoins perçue par nos oreilles affutées, le remix de «The Drop» par Monxx, une pépite ! Nous avons hâte que ça sorte. Il achève alors une bonne fois pour toute le public avec un son passé plusieurs fois ce soir mais toujours aussi bon, il s’agit bel et bien de «Rumble». De quoi finir en beauté après un set à nouveau de très bonne qualité !

Cette deuxième édition de la Skurt fut un véritable régal, c’est un quasi sans faute pour Dark Pack et Regarts. Que ce soit pour les visuels, le son ou les prestations des artistes, la qualité était en effet au rendez-vous pour un Bikini à quelques places du sold out ! Nous pouvons dire que la suite pour Skurt s’annonce très bon augure.


Crédit Photos : Christelle.D Photographe

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s