Retour sur une Break The Bass mouvementée

Lundi 07 mai, veille de l’armistice, se tenait la 8e édition de Break The Bass, le projet phare du collectif Hybrid Theory Project. Comme à leur habitude, leur challenge est ce soir là de mélanger Dubstep, DnB, Hardcore et Hybrid. Pari tenu ?

Il est minuit lorsque nous parvenons finalement à entrer aux Folie’s Pigalle, club parisien maintes et maintes fois racheté mais dont les origines remontent à plus de 100 ans. Première surprise, la salle semble déjà bien remplie alors que le premier set se termine à peine. En effet, nous ne parvenons à nous approcher de la scène que lorsque les dernières notes du mix de Melkyway disparaissent. Ce n’est que partie remise pour ce jeune artiste bien connu du milieu.

Dr Frenesy, organisateur de cette soirée, désormais habitué des scènes parisiennes, entame alors son set, nous déversant sa DnB un poil plus nerveuse. On troque la Liquid contre de la grosse Neurofunk ! On remarque également que la température intérieure vient de monter, un bon point pour Dr Frenesy qui ne lâche rien jusqu’à la dernière minute de son mix, avant de passer la main devant un public qui commence sérieusement à vouloir en découdre.

C’est maintenant au tour de Shynee, faisant également partie de l’organisation, de prendre le contrôle des platines. Attendu pour un set Métalstep, Shynee oscille entre Brostep, Drumstep et Hybrid tout en ramenant régulièrement cette touche Métal dans ses breaks et introductions. Nous pensons notamment à l’intro et au 1er drop du remix de «Throwin’ Elbows» par AG qui semble avoir mis tout le monde d’accord.
C’est à travers ce mix puissant qu’il décide de nous présenter la quasi totalité des tracks de son nouvel EP : «Metal City». Une entrée Dubstep épicée comme on les aime.

https://soundcloud.com/shyneeisfree/sets/shynee-metal-city-ep

La tête d’affiche de ce soir prend place, l’Italien Ablaze, est fin prêt pour sa première scène française. Son style très particulier en fait l’un des sets les plus reconnaissables que nous ayons pu entendre depuis un moment. C’est grâce à une technique de mix affûtée malgré son très faible nombre de scènes, qu’il nous fait remuer comme jamais. L’aspect déstructuré de ses productions prend tout son sens en live. La version VIP de «Get On This», réalisée avec Ghastly, restera dans nos mémoires pendant un certain temps, tant le rythme croissant se veut adapté à l’univers scénique.
Sa touche Hybrid Trap n’est pas en reste et occupe un bon quart d’heure de son mix. La chaleur est désormais insoutenable, tandis qu’Ablaze, visiblement ému, se retire des platines. Très bientôt, vous pourrez retrouver ses réactions grâce à notre interview exclusive !

Ennemi, duo attendu après la sortie de leur premier EP : «Work», qui a déjà pu faire bouger les foules ! Nous retrouvons évidemment cet EP dans son intégralité ainsi qu’une petite dédicace à Zblu, autre artiste signé chez Château Bruyant. Une belle intention pour les deux compères qui ne manquent pas d’humour et animent les backstages tout au long de la soirée.
Revenons à nos moutons : le set, et quel set ! La structure du mix est parfaite, Dubstep et Hybrid, se répondant drop sur drop avec une fluidité exemplaire. Ce n’est pas que du talent, c’est aussi beaucoup de travail que l’on entend s’abattre au fur et à mesure des transitions parfaitement maîtrisées !

Droflam récupère les platines devant une foule qui se brise les cordes vocales. Le public est bouillant mais visiblement le petit Florian l’est encore plus ! Véritable point d’orgue de la soirée, le set de Droflam est millimétré, violent, technique, varié, mélodique. Chapeau bas, un véritable coup de cœur ! Inutile de revenir sur ses techniques de chop ou de transition. Au delà de ça, ce qui nous impressionne, c’est bel et bien son jeu de scène. Un véritable petit FuntCase qui aurait troqué son masque contre des dreads : une énergie si forte et un amour du son si puissant que la transmission à travers la salle est immédiate.
Nous avons donc notamment le droit à son remix de «Song of Storms» en compagnie de ZFX ou encore «Critical Edge» avec Hyp3rl3ss, du Brostep de qualité pour les amateurs. Assez d’éloges pour ce soir, vous entendrez bien assez parler de ce petit génie en temps voulu.

La session Dubstep de ce soir touche à sa fin et nous offre un petit répit, plus orienté Bass Music dans sa généralité, avec Disorder Type. Duo d’artistes français, qui décide à cette occasion de venir accompagné d’une guitare. Le guitariste est très à l’aise dans ses changements et arrangements, ce qui fait plaisir à voir. La partie DnB est quant à elle plus classique bien que parfaitement maîtrisée. Aucune erreur mais un léger manque de fantaisie par rapport aux artistes précédents.
La réaction du public, elle, ne change pas. La foule est en délire et salue chacune des interventions à la guitare, et nous pensons que le principal intérêt se trouve ici. Au-delà du fait de coller à merveille avec le style légèrement onirique de Disorder Type, son initiative démontre surtout l’ouverture du public. Il est si important de notifier cet intérêt prononcé pour la musique, au cœur d’événements qui n’auraient jamais pu connaître cette notoriété il y a de cela 10 ans. Les bassheads sont parfois connaisseurs, mais surtout curieux et c’est cool !

C’est ainsi que s’achève notre Live Report, le reste de la soirée proposant un Line Up Hardcore. Soyons clairs, nous avons tout de même plus qu’apprécié la fin de la soirée et les différents artistes proposés. Big up à Atomstaub et AKSYS qui nous ont particulièrement fait vibrer !

Pour résumer, une 8e édition réussie pour la Break The Bass et le crew Hybrid Theory. Des artistes survoltés, tout comme le public, qui a su apprécier une variété dans les genres autant que dans les approches de la musique.

Nous retrouverons Hybrid Theory pour la Break The Bass #9 ce 19 mai, cette fois en compagnie de Pane Mua, signé sur Never Say Die: Black Label. Ça va saigner !

32087060_2091668901154936_7048419779484319744_o

Crédit Photo : Wozniak

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s