Bass Interview #36 : Get In Step (Fr)

Alors que Get In Step revient ce weekend chargé à bloc avec Tantrum Desire, Culture Shock et Joe Ford, nous avons décidé de poser quelques questions à ses organisateurs, qui ont également annoncé récemment leur tout nouveau projet : Composite !

12593809_10207293796937251_5999299341650254486_o

Salut Thibaud et Aurélien ! Tout d’abord, d’où venez-vous ? Comment se sont rencontrés les membres de l’équipe Get In Step et comment a débuté cette aventure ?

Salut, je (Aurélien) viens de Clermont Ferrand, le pays des volcans, du fromage et du cochon (rires). Thibaud vient de la région parisienne (c’est moins exotique). L’aventure a démarré à la Dame de Canton avec Nathan (Lam-c) avec qui nous sommes potes depuis des années, puis très vite au Petit Bain où Thibaud nous a rejoint en Janvier 2014. Il est venu vers moi par message avec l’envie de faire des soirées et on s’est rapidement rencontrés pour qu’au final Nathan et moi, nous lui laissions sa chance.
Depuis nous faisons nos soirées au Trabendo, notre QG actuel avec Thibaud, et Nathan est parti vers d’autres projets bien qu’il soit là à chaque édition !

Mind Vortex qui détruit le Trabendo lors de la dernière édition :

Pourquoi ce nom, Get In Step ?

Get In Step pour nous veut dire «rentrer dans la danse».
L’idée est que chacun puisse venir dans nos soirées, avec son style et à son rythme. Certains sont plus téméraires et d’autres plus timides, certains explosent devant la scène pendant que d’autres dansent tranquillement, isolés dans le fond mais ce n’est pas tout, d’autres traînent au fumoir en racontant leurs péripéties et d’autres picolent au bar…
Bref, il fallait trouver un nom qui représente toutes les personnes qui viennent dans nos soirées.

32829092_10216220774011122_4598633977887064064_n
L’un des premiers flyers Get In Step

Vous collaboriez avant avec le Petit Bain. Maintenant avec le Trabendo. Quels sont vos impressions sur l’évolution qu’à pris la soirée au fil des ans ? Avez-vous des regrets ou des remords par rapport à certaines décisions du passé par exemple ?

Pour nous, l’évolution vers une salle plus grande était évidente, et vraiment aucun regrets.
Attention, notre séjour au Petit Bain était tout simplement magique : une équipe hyper pro, une salle bien agencée, un sound system très cool et un ingé son (Yann) au top du top. C’est bien pour ça que nous y revenons avec notre nouveau bébé !

Nous avions besoin d’évoluer et pour être francs nous n’avons pas fini ! 😉
L’équipe du Trabendo est aussi au top, le son juste parfait, c’est un de nos clubs préférés à Paname. On en aime aussi d’autres mais celui-ci a un équilibre très agréable.

Le-Trabendo-salle-_-630x405-_-©-David-Foessel
La fosse du Trabendo

Comment organisez-vous votre direction artistique sur les line-up ? Quels sont les sous-genres Drum and Bass les plus demandés en ce moment à Paris ?

Hmmm, vous nous demandez notre recette de grand-mère là ? C’est une recette encore secrète (rires) !

Les sous-genres demandés : à Paris la Neurofunk, mais de plus en plus de gens nous réclament du nouveau, peu importe le style, mais du nouveau car au final on a un public assez diversifié. Ça va des fans de Deep aux fans de Liquid et c’est tant mieux !
On a toujours aimé rechercher la nouveauté et offrir leur première date parisienne à pas mal d’artistes tels que A.M.C, Joe Ford, Whiney, Dossa & Locuzzed, Bensley, Dub Elements
À côté de ça on aime aussi faire venir de belles têtes d’affiches. Je dirais qu’un équilibre de tout ça est le bienvenu.

A.M.C pour son premier passage à Paris en 2016
A.M.C pour son premier passage à Paris en 2016

Comment envisagez-vous l’avenir de Get In Step ? On aime se laisser aller à imaginer une nouvelle salle plus grande par exemple.

Fort possible, on peut juste vous dire qu’on ne compte pas s’arrêter là en tout cas !

On imagine qu’il y a beaucoup de bons souvenirs mais est-ce qu’il y en a un qui vous a particulièrement marqué ?

Aurélien : Oula, en effet il y en a plusieurs, perso je ne pourrais jamais oublier quand le Trabendo tout entier s’est mit à me chanter «joyeux anniversaire» lancé par Youthstar, tout simplement rempli d’émotion à ce moment là, les poils qui s’hérissent instantanément, complètement fou.

Il y a aussi ce moment où Mind Vortex, Synergy et Asco sont sur scène avec moi, Mind Vortex me prend carrément les faders en me poussant sur le côté pour mixer le morceau que je suis en train de balancer. Pareil, moment d’émotion. Une vraie fierté d’avoir partagé toutes ces scènes avec tous ces artistes.

GIS_SHOTBYWOZNIAK_123

Thibaud : C’est dur à dire, je me souviens de quelques moments en particulier comme la GET IN STEP x RAM RECORDS de 2015 où Teddy Killerz était habillé en PIMP Russe et Mind Vortex se baladait sur la terrasse en discutant avec le public. Tellement d’histoires hilarantes ce soir là que je ne pourrai jamais tout raconter dans un article (rires).
La dernière de June Miller en novembre dernier également, c’était très émouvant de voir ses derniers moments avec le public. Friction au Petit Bain aussi avec tout le public sur les épaules les uns des autres c’était malade…

23333955_1535644143145411_5561215815205886909_o
June Miller qui atomise son public pour sa dernière.

Et le pire souvenir ?

Ahah, il y en a plusieurs aussi…

Aurélien : Sur la première édition avec RAM, mon Serato plante, impossible de jouer. Heureusement Nathan (Lam-c) était là et m’a remplacé immédiatement, un grand merci à lui. Pour info, c’est le co-organisateur de Get In Step, tout part de nous deux et de cette bonne époque de la colloc.

Thibaud : Je crois que pour moi, c’était lorsque je vivais aux USA et que j’ai eu le bilan de notre première soirée au Trabendo. À l’époque, on était même pas sûr de pouvoir continuer les soirées. Le moral était à zéro et il a fallu du courage avant de retenter !

Première Get In Step au Trabendo

Est-il possible de voir un jour Get in step avoir sa propre scène lors d’un festival comme l’a déjà fait Jungle Juice à l’Insane Festival ?

On y compte bien !

Vous faites des heureux avec votre nouveau projet Bass House, tourné aussi sur le UK Garage. Comment vous est venue cette idée ? C’était dans les tiroirs depuis longtemps ?

Encore une fois à l’époque où Nathan était encore là, on voulait lancer une soirée différente de la Get. Thibaud de son côté avait commencé à bosser sur un projet en solo, plus orienté Tech House et Bassline, le nom COMPOSITE est rapidement venu.
Quand Thibaud est finalement venu me proposer de réaliser ce projet Bass House ensemble, j’ai de suite tilté, et je me suis dis Go, c’est le moment.
La Drum & Bass reste notre chouchou, mais au grand risque d’en décevoir plus d’un, on en écoute plus tant que ça ! Thibaud est très Métal, et moi je suis très Hip-Hop. C’est le clash des influences (rires).

Comment appréhendez-vous cette première soirée ? Dites-nous en plus.

Écoutez, sans aucune prétention, on est plutôt confiant. C’est un style qui n’avait pas encore sa soirée sur Paris, mais qui a tellement de potentiel.
On voit tout de même le label du papa Tchami rayonner dans le monde entier, Malaa explose littéralement et puis des labels tels que Confession ou Noir sur Blanc portent bien nos couleurs. Puis les gens répondent bien sur le net, ça nous donne juste envie d’y aller à fond. Hâte d’être au 16 juin, mais avant, GET IN STEP !

Quels sont les enjeux de se diriger vers la conquête d’une autre scène, celle de la House, après s’être implantés en acteurs forts de la Drum and Bass à Paris ? Un nouveau défi ?

Le pari était loin d’être gagné avec Get In Step, je trouve qu’on s’en est plutôt bien sorti pour l’instant mais on ne veut pas s’arrêter là, loin de là.
Je pense, comme je le disais un peu juste avant, que la Bass House est portée par des acteurs français solides. On a la chance d’avoir des mecs qui lead le mouvement à l’international, Tchami, Malaa, Habstrakt, Mercer
Je pense que c’est le renouveau de la French Touch, comme on a pu la connaître dans les années 90 avec Daft Punk, Garnier, Etienne de Crecy. Puis vers la fin des années 2000 avec Justice, Yuksek, Gesaffelstein, Breakbot etc…

Tchami x Malaa – No Redemption Tour, Red Rocks Amphitheatre :

Enfin, quelques mots à adresser à votre public de Get in Step et aux premiers afficionados de Composite ?

Hmm, on dit souvent merci en gueulant comme des cons dans le micro en fin de soirée mais en vrai c’est tellement sincère. J’ai juste envie de prendre le temps de discuter avec chaque membre du public (évidemment impossible). Donc déjà leur dire à nouveau merci, cette confiance qu’ils nous donnent, c’est ce qui nous pousse chaque fois à continuer !
Ensuite j’ai aussi envie de leur dire de continuer à prendre soin des uns et des autres, de garder cette cohésion qui fait le public GET IN STEP, toujours tous ensemble à chanter, rassemblés par la musique, c’est ce qui nous fait vibrer !

Dernière chose, gardez cette énergie pour ce soir ! On vous attend de pied ferme !

HC_201711052393-1
Zorel et Thibaud avec leur public

Un grand merci à Aurélien et Thibaud pour cette super interview. Nous espérons qu’elle permettra de répondre à vos questions et nous leur souhaitons bonne chance pour leur nouvelle soirée ! Maintenant, on se retrouve au Trabendo demain soir pour cette nouvelle Get In Step.



Crédits Photos : HarleyCassandra ColdeboeufWozniak

Billets toujours disponible ICI !

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s