La Neuro au top de sa forme chez Get In Step !

Un mois après son dernier événement, Get In Step fait un retour bien marqué avec une édition, cette fois-ci, axée sur la Neurofunk, dérivé majeur de la Drum’n’Bass. Il faut le dire, pour les bass lovers le mois de Mars aura été musclé ! Rampage, Splash, JUW, GIS… Le tout avec des line up qui font rêver. Chez Stoner, nous sommes tout de même allés à la Get In Step, l’appel du cœur étant plus fort que la plainte du corps.

 

Comme d’habitude les gens s’échauffent déjà dehors avec de grosses enceintes quand nous arrivons sur place. L’entrée est fluide alors nous descendons gaiement l’escalier extérieur en fer, architecture singulière au Trabendo. Il y a comme toujours une petite queue au vestiaire, mais nous nous débarrassons relativement vite de nos affaires, direction la fosse du Trab’.

Le thème est lancé

Casquette Rampage bien en place, HKBass chauffe déjà le public encore peu nombreux avec une bonne Neurofunk entraînante, sur fonds visuels bleus. Niveau son, il a su installer le suspens avec des build-up profonds, avant de renvoyer des tracks d’une Neurofunk massive. Le thème de cette édition est d’ores et déjà donné et nous nous dirigeons vers le bar et le fumoir avant de continuer l’échauffement pour les prochains artistes.

 

29744532_1669696169740207_6653021594047903843_o

 

De retour dans la salle et c’est Dub Elements, ce barbu en provenance d’Espagne qui continue de faire monter le thermomètre. Après une grosse entrée en matière avec le track « Caterpillar » de Black Sun Empire & State Of Mind remixé par Drumsound & Bassline Smith c’est avec un set alternant Neurofunk, Deep Neuro et Jump-Up qu’on sent le public agréablement surpris par cet artiste peu présent sur la scène parisienne. La salle se montre particulièrement réactive sur  « Third Eyes » de Turno & North Base tandis que nous apprécions comme toujours le travail du Light Jockey.

N’ayant pas délivré la prestation de l’année, Dub Elements aura tout de même su emballer les steppers grâce à son énergie certaine !

 

 

29064286_1669693866407104_6249862000852904288_o

Arrive la tête d’affiche Mind Vortex que nous avions vu lors d’une Get In Step il y a environ un an de cela. La salle se remplit alors définitivement sur l’introduction du Headliner de la soirée et l’Anglais, représenté une nouvelle fois par Laurie Carroll, entame un set à dominance Dancefloor, où de nombreux Bangers feront comme d’habitude la joie de beaucoup. C’est par exemple sur « Infinity » de DC Breaks ou « Higher » de Wilkinson que l’on savoure des lights roses et violettes concordant plutôt bien avec ce qui nous est proposé. On dénotera plusieurs tracks de Trap, pour le plaisir des uns et le déplaisir des autres. Avec le tout nouveau remix de Noisia « Hold your Color » par Pendulum en guise de final, le public (et nous avec) est heureux d’entendre un track qui promet de devenir incontournable.

 

29351771_1669694186407072_4157345253450573609_o

 

Malgré quelque chose d’efficace, Mind Vortex laisse tout de même une impression de se reposer sur ses lauriers de par une sélection musicale un peu facile. Sans être non plus déçus, nous avons entendu mieux de sa part.

 

Current Value : part 2

Après son passage à la Rampage où nous étions quelque peu épuisés, nous sommes ravis de retrouver Current Value avec plus d’énergie dans nos jambes. Il faut le dire : le bonhomme était attendu de pied ferme par ceux qui n’ont pas eu la chance de le voir à Rampage (ou par ceux qui en redemandaient, on vous connaît). Grâce à son nouvel album et son style unique, l’allemand montre de quel bois il se chauffe et fracasse littéralement quiconque ose s’approcher un peu trop prêt des enceintes. On assiste alors au film d’un public déchaîné, complètement à fond dans ce set où les lasers ne s’étaient jamais aussi bien accordés à ce que nous entendions. Nos yeux et nos oreilles sont comblés. Tout y est ! Le track mascotte du nouvel album « Deadly Toys » explose parmi une atmosphère démente. « That Smile » vient aussi surprendre tout le monde avec son intro digne des années 80. 

 

 

Quelques aficionados viennent nous livrer leurs impressions :

« Ça te prend par les tripes et ça te chatouille le ventre » Camille.

Mais tout le monde n’est pas d’accord…

« Trop dans la violence et pas assez de variation dans le set » Julien.

Certains avis étant divisés, Current Value nous a séduit par son style innovant et incomparable et aura su imposer à toute la salle son univers bien marqué. Que du bonheur !

 

29060715_1669699213073236_700967970629774183_o

 

Les sensations physiques étant loin d’être terminées, direction la Mère Patrie avec Synergy que nous n’avions encore jamais vu. C’est tout essoufflé, les mains sur les genoux que le jeune producteur nous en remet une couche avec un set puissant et pointu dans le choix des tracks. C’est chose faite, et bien faite ! Des pogos se forment dans la petite fosse incitant les plus vaillants à montrer leur engouement pour les tracks du DJ Russe. Le Trabendo continue alors de danser et de transpirer en entendant « Sauce VIP » de Mefjus & June Miller ou le désormais culte « Bunker » de Culture Shock.

 

29351659_1669694929740331_7739273393514319002_o

 

Apparemment amoureux du producteur Anglais, Synergy sélectionne son tout nouveau et superbe remix de « Broken Pieces » par Camo & Crooked.  Aisance aux platines et minutie dans la tracklist, manifestement la révélation de cette soirée.

 

 

Le papa

Zorel clôt comme souvent sa soirée cette fois accompagné de son ami Asco venu de Lyon. Les deux  viennent avec une musique de transition Dnb liquid très appropriée, car nos jambes n’en peuvent plus. Mais la trêve est de court répit puisque, fidèles au déroulement de la soirée, ils enchaînent rapidement sur des tracks puissant comme le magnifique VIP de « Odyssey » par Drumsound & Bassline Smith ou « Invaders » de Turno.

Un grand merci d’avoir passé “Afterglow” de Wilkinson en final… On en aura vu quelques uns s’asseoir en début de set, s’offrant un moment de pause bien mérité, mais cette track aura fait se relever les plus téméraires.

 

29064308_1669699793073178_5529119260367201628_o

 

Malgré une salle moins remplie par rapport aux autres éditions, nous auront trouvé un plaisir égoïste (mais grisant) à pouvoir danser, virevolter, jumper dans un espace souvent absent des soirées parisiennes. Et aussi à ne pas subir une chaleur étouffante, ce qui nous aura permis de nous défouler sans risquer l’inconfortable. C’est donc une nouvelle fois et sans se lasser que nous continuons d’encourager la coopération entre le Trabendo et Get In Step, avant de vous mentionner quelques derniers témoignages de ce rendez-vous si qualitatif et familial à la fois.

“ CV et Synergy… que dire ?! On s’est déchaînés dans les bas fonds de la DnB, on s’est fait entraînés dans les limbes de la neuro, c’était beaucoup trop bien ! ” Victor.

“ Ca faisait du bien de retrouver l’ambiance familiale des Get, et surtout d’avoir de la place pour danser ! Énorme coup de cœur pour Zorel x Asco ” Julien.

 

Les lumières se rallument, la musique s’éteint mais Zorel prend le micro une dernière fois. Des remerciements, et l’annonce d’un nouveau concept de soirée, déviant de l’univers Drum and Bass qu’on lui connait. On vous met le lien ici !

Crédit photo : Wozniak

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s