Live Report: EZ! #59 – Virtual Riot / Myro / Nost / SMôL

Nous ne nous étions encore jamais déplacé à Lyon, et pourtant, beaucoup nous en avait parlé. L’occasion s’est présenté pour nous et nous avons décidé de franchir la porte des soirées Dubstep de la ville lumière: les soirées EZ organisées par Totaal Rez au Club Transbo.

Stoner music  à la rencontre des soirées Totaal Rez!

lyon.jpg

Après quelques heures de route en partant de Dijon, nous arrivons dans cette grande et belle ville avec une météo plutôt mitigée, mais rien n’entame notre motivation.

Quelques verres (beaucoup) et chouettes rencontre dans le métro plus tard, et nous voilà arrivés devant l’antre du Transbordeur.

Un public déjà en forme qui n’a rien à envier aux Parisiens, la bonne humeur en plus, ça s’annonce plutôt cool!

Nous entrons durant le set de Nost qui ouvre les hostilités: oscillant entre deep puis Riddim et Dubstep plus classique, un warm up saisissant, on se prend très vite au jeu. 

Nous sommes surpris par tant d’énergie devant la scène, la scène Dubstep Lyonnaise est bien vivante, ce qui n’est clairement pas le cas dans d’autres villes.

28953765_1206318299471627_1865099232010274548_o.jpg

La salle a de nombreux atouts, notamment ce balcon qui permet d’avoir une vue d’ensemble et plus d’intimité.

Ce n’est pas tout, le fumoir, très grand et qui aura pu nous abriter durant les passages pluvieux marque aussi beaucoup de points. Une salle vraiment au top: cela participe toujours beaucoup au bon déroulement d’une soirée que d’y avoir un peu de confort.

Voici venu le tour de Myro, Co-fondateur de Disciple et connu pour ses tracks un peu Oldschool comme par exemple « Playa » ou encore « STFU ».

Il enchaine également les grosses collab dernièrement « Take me up » avec BAR9 ou encore « Rampage » avec Barely Alive, Virtual Riot et Phaseone… rien que ça!

Son set est a la couleur de ses productions pour le plus grand plaisir de nos oreilles, on entend bien trop peu de sets comme ça en France. De nombreux classiques plus actuels retentissent comme « 93 style » de Ivory et Virus syndicate ou encore le très vieux mais toujours aussi bon « Ruffneck » de papi Skrillex.

C’est bien mixé et la tracklist aussi se défend bien: une bonne surprise!

29060903_1206318202804970_6840519584243782085_o.jpg

Virtual Riot succède à Myro après de nombreux pogos au sein de la foule. Le public déborde d’énergie, et nous passons de très bons moments avec eux que ce soit dans les pogos ou autour d’une cigarette pour recharger les batteries.

Avec son dernier Ep «German Engineering» en tête de proue, VR navigue entre des bangers plus fous les uns que les autres et emmène la foule avec lui.

En plus de proposer une très grosse technicité dans son set, il sait être attentif aux demandes du public et ça se fait ressentir. Pogo sur pogo, nous sommes stupéfait par ce public qui est clairement un des meilleurs que l’on a pu rencontrer!

Virtual Riot mélange avec habileté les sous-genre du dubstep en utilisant les intro des tracks brostep bien mélodieuses avec des drops plus secs et percutants.

Une synergie dans sa façon de mixer qui semble plaire à tout le monde, en même temps il faut dire qu’il ne passe presque que des très gros tracks, difficile de ne pas faire l’unanimité.

vr smol.jpg

Arrive maintenant notre Lyonnais préféré. Nous n’allons pas vous le cacher, c’est clairement le set que l’’on attendait le plus de la soirée. « Smôl » du crew Bassleaks qui n’a désormais plus rien à prouver tant il a écumé les soirées françaises et acquis l’expérience requise pour ces sets de fin soirée.

Toutes les personnes présentes connaissent bien ce dernier et scandent son nom à l’ouverture de son set qu’il fait sur un son hip-hop pour bien trancher avec la vibe précédente.

Dans la tracklist, on entend vraiment de tout, Jump up, Neuro, Dancefloor et même quelques retours au thème principal de la soirée: le Dubstep.

Encore une fois tout ça est très bien amené et les changements de styles très présents ne se font pas sentir.

On se rappelle encore de nombreux doubles drops qui nous ont achevés agrémentés de tracks aux intro plus légères comme « Let it shine » de Macky gee & DJ Phantasy.

28828719_1206317112805079_4145810416806167542_o.jpg

Lyon répond présent jusqu’à la fin, on aurait même signé pour quelques heures de plus.

Un retour sous la pluie mais avec le sourire, nous reviendrons dans la ville Lumière: pour la Dnb france au Ninkasi par exemple!

Merci Julien pour l’invitation, c’était mortel!

On vous laisse avec l’aftermovie réalisé par Y-kwis.

 

Crédits photo: https://www.facebook.com/GCPLyon/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s