Célébration en grande pompe pour les 10 ans de Jungle Juice !

Maintenant 10 ans que Jungle Juice fait vibrer le dancefloor français avec des événements à travers tout l’hexagone. De la ville lumière à Nantes en passant par Strasbourg et Toulouse, c’est toute une communauté qui s’est réuni le 6 Janvier 2018 pour fêter l’anniversaire d’une soirée qui, pendant une décennie, aura parcouru tout le spectre d’un style vivant, effervescent et toujours plus surprenant au fil des années! Résonnant comme une explosion volcanique dans nos oreilles, cet anniversaire a rassemblé les acteurs d’hier et d’aujourd’hui qui se sont enchaînés en l’espace de quelques heures pour nous faire savourer ce qu’est une vraie soirée Drum and Bass.

Arrivés tôt et après avoir passé le check de sécurité avec un personnel très agréable, c’est une jolie disposition d’écrans Led que nous découvrons quand nous rentrons dans le dock Eiffel encore peu rempli. Nous sommes accueillis par six artistes français qui nous mettent directement dans le bain ! C’est alors qu’apercevant un des soldats Jungle Juice porter fièrement le nouveau T-shirt Adidas de que nous décidons d’aller faire des petites folies au merch. Nous retournons auprès des enceintes et c’est dans une ambiance soudée et familiale que cette soirée commence malgré des aiguës légèrement mal réglés qui essoufflent rapidement nos oreilles. Mais, XTRONX x BOBBY x ZOREL x BRK x ASCO x DJ BLUNTSMAN entament comme il se doit cet anniversaire car on l’a souvent remarqué avec ces petits chenapans, la technique est au rendez-vous. On retient par ailleurs le track de Nero, «Satisfy» remixé par Insect avant de laisser leur place au collectif CRITICAL.

26232777_10155262080378106_7512493094168831516_o
La french team aux commandes

Alors que la salle se rempli petit à petit, c’est à 22h30 qu’on accueille ces quatre artistes anglais, SIGNAL, ENEI, QZB & KASRA. Le quatuor Critical entame un set profond qui s’est étonnamment très bien marié avec le contexte de début de soirée pour créer finalement une ambiance plutôt mystique. Les 4 artistes se sont en fait attardés sur une alternative de Neurofunk pure et de Deep Neurofunk et on s’est surpris à aimer tout ça bien qu’il n’était pas encore minuit. Alors que nous voyageons à 175 bpm dans ces sonorités planantes et vrombissantes à la fois, la température monte d’un coup lorsque «Flashizm» de Mefjus et Emperor s’immisce dans les oreilles. Critical joue aussi sur les voix et les chants féminins ce qui donne une atmosphère posée et voluptueuse dans un set très technique. «Bunker» de Culture Shock s’incruste dans les dix dernières minutes de leur set avant de passer aux représentants Liquid pour cette édition anniversaire Jungle Juice.

26757790_10155264313653106_5889215279137646261_o

C’est dans un lightshow époustouflant qui met toujours en avant la scène que nous sommes prêts à écouter le set du trio: S.P.Y, NU:TONE et ETHERWOOD. C’est aux alentours de minuit qu’on comprend vraiment que Jungle Juice n’est pas seulement dans le fait de produire des artistes mais aussi dans le désir de plonger le public dans un univers très particulier. Quasiment comme leurs prédécesseurs, le crew Hospital aura divisé leur set en deux. Avec une première partie planante, la température du Dock Eifflel se voit redescendre un peu mais pas la qualité de ce que les anglais nous proposent. On retourne alors quelques années en arrière afin de profiter d’une Drum and Bass Old School ou encore Liquid.

26232032_10155262064083106_3067444842344247857_o

La seconde partie de leur prestation aura en revanche été bien plus musclée. Toujours accompagné par une scénographie incroyable, c’est avec «Generator» de Dimension ou encore «Gobstopper» de Serum & Voltage qu’ils inversent la tendance et nous préparent lentement mais surement aux prochains artistes. Terminant leur set sur «Panzer» de Dimension c’est une foule déjà en sueur qui se trouve maintenant face à Loadstar et Metrik pour leur premier b2b ensemble.

26233645_10155262046243106_6241222497258398819_o

Ces deux-là, on peut dire qu’ils ont marqué l’histoire Jungle Juice. Les voir réunit ce soir est donc un bonheur pour ceux qui ont connu leur plus belles dates de la capitale au Yoyo ou au Cabaret Sauvage. C’est donc «Future Fold» de Mind Vortex dont ils se servent pour introduire puissamment un set équilibré et évidemment technique qui nous plonge dans un univers de subs très gras tout en mettant en avant le côté chill de la Drum and Bass. «Terminus» de Metrik se mélange aux réactions d’un public réactif alors que, sans prévenir, «Mr Happy» de Dj Hazard et Distorted Minds vient se double droper crasseusement avec le précédent banger. Parfois lassés de ce titre maintes fois joué par les Dj, c’est exactement comme ça que l’on aime entendre ce track qui, lui aussi, a 10 ans. On passe aussi par «Gambino» de DC Breaks remixé par InsideInfo et un autre très beau double drop avec «In Bleach» de Dimension et le track de The Prodigy – «Voodoo People» remixé par Pendulum pour finir en beauté avant que le headliner Dirtyphonics prenne les devants de la scène.

26685685_10155262046858106_8034964962977975638_o.jpg

On peut dire que la joie est très présente dans ce dock, c’est donc l’heure du speech des 10 ans, et c’est sur les mots suivants qu’on entre dans le premier set full DnB en exclusivité mondiale de Dirtyphonics. «Ladies and gentlemen, listen… it’s been ten years…. LADIES AND GENTLEMAN THIS IS JUNGLE JUICE !» Comme à son habitude, le trio ouvre avec un track massif dans un mouvement de folie extrême et enchaîne bangers et tracks old school. On est heureux d’entendre parmi nos titres préférés comme le nouveau hit d’Andy C, «What Bass», «Out The Blue» de Sub Focus ou encore «Lock in» de DC Breaks. Un joli mélange de générations pour un set reflétant bien les dernières années Drum and Bass La scénographie coïncide parfaitement avec chaque mouvement que le son produit et agit de pair avec ce set inédit. Quant à Youthstar, il réussit toujours aussi bien à mettre l’ambiance sans en faire des caisses. Probablement l’un des meilleurs MC actuel.

26678680_10155264424543106_4957913143967740460_o

Malgré un système sonore toujours pas très au point et, cette fois-ci, une manière de mixer un peu foutraque (nous avons appris plus tard que les retours n’étaient pas bons, d’où ces quelques transitions douteuses) c’est finalement beaucoup de sourires et de joie qui se dégage de ce set. On a vu mieux venant des Dirty mais la jolie célébration de la fin avec tout le crew Chwet accompagné du gâteau d’anniversaire, bouteilles de champagne ou encore canons à confetti ont fait de cet anniversaire quelque chose de bon enfant et familiale, tout ça sur un son totalement inédit ! En définitive, tout ce dont un anniversaire réussi à besoin.

26233194_10155261642313106_6675795545652361656_o

Gâteau et champagne dans le gosier puis confettis dans les cheveux, c’est de pied ferme que nous nous tenons devant une scène occupé maintenant par Mefjus et Phace. Parmi les plus fermes représentant de la Neurofunk, ces deux-là nous ont mis ce qu’on appelle plus communément une claque ! Clair, rapide, et bien réglé, le public galope en même temps que les subs de cette Drum and Bass si spéciale. C’est à travers «Anomaly» et «Tentacles» de Noisia, «Blitz», titre phare de Mefjus puis son nouvel album que l’on se met à être transporté. On a droit à sa version VIP de «Disrupted» coproduit avec Emperor sorti le jour de noël et «So Excited» de Phace. On sent vibrer en nous toute la technicité de leurs productions et on se laisse imaginer des vaisseaux au décollage. C’est définitivement un sentiment d’énergie qui se dégage de cette prestation. On avait déjà beaucoup apprécié le passage de Mefjus au Let It Roll de 2017, ces deux artistes lorsqu’ils travaillent ensemble nous laissent béat.

26231933_10155264344738106_4643911596530968313_o

Le b2b Annix et Neonlight est attendu et ce n’est pas pour rien. La chaleur humaine envahit pleinement l’atmosphère et c’est à présent un set à la disposition des tracks plus flegmatique que le public répond au rythme proposé par ces artistes. Grace à «Boom» de Neonlight ou son «Microbots» remixé par Annix, ce nouveau b2b maintient la température d’un dock bouillant en proposant un mix efficace et posé à la fois. Tout ce qu’on demande de 5 à 6 heures.

26240242_10155264400233106_8109654966160015238_o.jpg

C’est au tour de Lucid, le Big Boss de Chwet de prendre les commandes afin de présider la cérémonie de clôture de ce bel anniversaire. Avec, une nouvelle fois, toute la famille Chwet présente sur la scène et autour de l’un des créateurs du projet qui souffle ses 10 Bougies. Un air de boiler room, des filles au-devant de la scène, du monde encore présent pour sautiller, bref, un beau closing !

26804704_10155264426873106_8263148812285914436_n

Finalement Jungle Juice ce n’est pas seulement une soirée Drum and Bass. C’est aussi le partage d’une culture, d’une passion soutenue par une grande communauté, qui, tous ensembles évoluent au fil des ans avec cette énergie positive. Malgré l’apogée de ces soirées caractérisée par une ambiance irremplaçable que nous ne retrouvons plus totalement et qui selon nous est révolu, Jungle Juice continue de faire vibrer le cœur des anciens comme des nouveaux adeptes de cette musique si unique.

 Crédits Photos : Tomo Photograpics, Wozniak, Olingue.

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s