Live Report : Ambassad #1 (08/07/17) Funtcase – Spag Heddy – Code: Pandorum b2b Murda – Da Force – SampliFire b2b Ivory – D-Jahsta b2b Milas – Punisment b2b Dala – Mastadon – Kram

Un peu plus d’un mois s’est écoulé depuis l’annonce de ce nouvel évènement mystérieux par 193 Records. Quelques jours plus tard un nom tomba, puis nous arrivons finalement au jour J. Nous vous racontons l’aventure qu’a été ce premier chapitre de cette nouvelle histoire : AMBASSAD

Nous n’avons malheureusement pas pu assister à la première apparition mondiale sur scène du grand barbu anglais Kram, cependant après tous les retours positifs que nous avons eu sur son set nous avons décidé d’aller lui poser quelques questions :

«Quel était ton état d’esprit avant la soirée ?
Enthousiaste par-dessus tout, je suis déjà allé à un event de 193 Records et j’ai vu comme les soirées pouvaient être dingues, du coup j’étais direct 100% enthousiaste d’y être, encore plus d’en faire partie et d’y rencontrer des gens talentueux et passionnés.

Pourquoi es-tu venu à cette soirée après avoir décliné les invitations précédentes de 193 Records ?
J’ai grandi, j’ai arrêté de faire la fifille sur tout et n’importe quoi, j’ai vu à quel point les autres travaillent dur et à quel point ça paie. Avant, je laissais la peur prendre le dessus, c’est même ce qui m’a fait arrêter le son au point de ne rien faire en rapport avec la musique pendant un an. Mais les choses ont changé, attendez-vous à voir et entendre plus de moi prochainement, un meilleur KRAM, encore plus lourd !

Comment te sentais-tu avant et après ton set ? D’autant plus que c’était ta première soirée ?
Une énorme partie de moi-même voulait faire de son mieux et tout défoncer mais au fond je savais que ça n’arriverait pas, j’ai accepté que j’allais faire des erreurs donc je me suis mis dans le meilleur état d’esprit possible et je me suis lancé. Je suis simplement heureux de faire partie de quelque chose d’aussi massif et je suis impatient de voir comment j’évoluerai en tant que DJ et dans la production de musique, il faut aller de l’avant comme ils disent.


Ton avis sur la soirée, les autres sets, ce que par exemple tu as préféré et comment tu trouves le public Français ?
Dans son ensemble la soirée était parfaite, tous les autres DJ (desquels je suis fan) ont joué de très bons sets et la réaction de la foule tout au long de la nuit le prouve. Mes gars Code: Pandorum et Murda ont été ma partie favorite, ça fait un moment que je les connais maintenant et ils ont été une inspiration tout le long, ils ont détruit la salle. Le public Français est dingue, je l’ai dit avant mais ils savent vraiment faire la fête et s’impliquer. J’aimerais remercier rapidement les équipes de 193 Records et Stoner Music pour s’être rapprochées de moi pour cette interview, aussi tous ceux qui sont venus et voulaient me voir, je reviendrai c’est certain. Merci à tous pour les photos et les mots gentils des Français, vous êtes géniaux et j’espère que vous avez apprécié la soirée au moins autant que moi. »

Nous arrivons donc un peu plus tard dans la soirée, lorsque nous entrons dans la salle, nous apercevons le nom de Mastadon apparaître sur le visuel.

Cependant quelque chose ne met pas longtemps avant de venir nous frapper l’esprit, ce n’est pas le Mastadon aka Hamish que l’on connait qui est derrière les platines mais Nexu5, un autre artiste australien qui le représente sur scène.



Mastadon serait-il alors un duo ? Hayden Hemsley alias Nexu5 serait le dj du projet ? Nous n’en savons pas plus que vous, ce que nous savons c’est que nous sommes tombés au beau milieu d’un public surexcité et devant un artiste au top de sa forme !
Évidemment il ne manque pas de nous présenter son dernier Malignant EP signé sur NSD : Black Label avec entre autres « Casket » ou « RIP« . Suivra rapidement le magnifique « Ganon x IvoryDrunkzelda (Ivory Drunkzuo Flip)« , ça fait plaisir de voir que même en Australie on décide de mettre une touche française dans la tracklist !

C’est avec une technique travaillée qu’il nous envoie drop sur drop et chop sans trop de difficulté ! Nous reconnaissons également « Marauders » de Svdden Death et Somnium Sound qui ne passe pas inaperçu..

Malgré une certaine déception en ne voyant pas le Mastadon auquel on s’attendait, c’est sans problème qu’il continue de faire monter la pression et termine maintenant son set en faisant un clin d’oeil à un autre artiste de la soirée avec « Here It Is » de Dala. Une chose est sûre, nous ne risquons pas de vous dire que la prestation du jeune Hayden nous ait déçus !

Quelques jours plus tard, suite au questionnement de ses fans, Hamish Prasad décide de faire une annonce sur son profil Facebook où il explique que les shows de Mastadon sont et seront assurés en live par Nexu5 jusqu’à sa majorité mais qu’il sélectionne lui-même les tracks de ses sets.  

img_1394

 

C’est au tour des Frenchies de monter sur scène ! Tout le monde attend ce b2b monstrueux entre SampliFire et Ivory, et ils ont l’air très contents de voir toute cette foule excitée en les voyant arriver.

Ils se sont préparés à envoyer du très très sale et ça n’a pas traîné ! Dès le début, Ivory nous lance l’un des ses futurs tracks avec une énorme bassline ! Par la suite, les deux artistes envoient des sons Dubstep surpuissants dans leur style en y retrouvant des mashups de qualité. Ils varient les styles que ce soit Dubstep typé Brostep ou bien brutal comme on l’aime pimenté avec du Darkstep ou encore du Riddim sur la deuxième partie de leur mix. Les deux artistes se montrent très habiles derrière les platines et nous le montrent en oscillant entre les styles

Bien sûr nous avons le plaisir d’entendre plusieurs sons de nos deux français que ce soit des productions perso, des collaborations ou encore des remixes comme la version VIP de « Swoog » par SampliFire et Murda, le sublime « Try Hard » de SampliFire et Mits ou encore «Jessamine» toujours de SampliFire.

Ils profitent aussi pour nous balancer quelques exclus, nous pensons notamment à Ivory qui a passé des tracks de son prochain “HACKED EP” comme par exemple « Pulse Rate » qui sort bientôt chez 193 Records. Nous avons également eu le droit à une belle exclu de Zblu grâce à eux !

Quoi qu’il en soit nos deux compatriotes ont su mettre le feu à Ambassad et ont parfaitement comblé nos attentes.

Ivory b2b Sampli

Ils laissent la place maintenant au côté obscur de la force…

Da Force étaient attendus de pied ferme par le public parisien lors de cette première édition d’Ambassad. Ces derniers auront donné un bon coup de fouet à ce milieu de soirée grâce à un set particulièrement imposant et puissant.

Ils commencent par leur habituelle introduction où de nombreux samples de Star Wars sont présents. Le duo masqué impressionne très rapidement tout le monde grâce à des drops ravageurs malgré une technique de mix plutôt classique.

Le public se déchaîne à chaque track tant les sonorités font mouche dans leurs oreilles !

L’ambiance commence clairement à monter d’un cran dans la soirée avec ces artistes.
Certains pull-up sont exécutés, chose autant appréciée par certains que méprisée par d’autres. Mais ce n’est pas ce qui arrête la foule qui réagit particulièrement bien à certains gros titres comme «Flesh Eaters» d’Eptic ou «Malevolent» de Phiso !

Une fois n’est pas coutume, Da Force se doivent d’envoyer leurs propres productions. Parmi-celles-ci, «Revenge» retient l’attention grâce à son introduction intense et son drop destructeur.

Da Force

Après avoir fait l’unanimité parmi le public, le duo Da Force clôt son set en toute beauté grâce au célèbre «Imperial March VIP» de Dirt Monkey. Le pari commence à être réussi pour Ambassad alors qu’il reste encore cinq heures de son devant nous !

C’est maintenant au tour du grand Spag Heddy de prendre les commandes du dock Eiffel devant des ambassadeurs assoiffés de basses !
C’est avec une intro où nous retrouvons les voix de «Lose Yourself» d’Eminem qu’il fait son arrivée.

Il commence alors son set avec un son exclusif, un véritable missile aux sonorités ressemblant à l’une de ses dernières productions «Samir», suivi du fabuleux «Invaders» de Zomboy. Nous comprenons vite que ce n’est pas lors de son set que la folie de cette soirée risque de retomber !

Néanmoins au bout de 20 minutes de pure folie le son saute, nous apprenons par la suite que les platines tremblaient trop car les retours étaient trop puissants au niveau des basses ! Le souci technique se reproduit 2 fois mais fut vite réglé pendant un de ses classiques «It’s me» lors de la dernière coupure.

Des plus anciens aux plus récents, l’homme spaghetti nous envoie tous ses sons les plus mythiques comme «Selecta» co-produit avec Ehide ou son remix de «Skurt Reynolds» pour Herobust. Nous retenons également son remix pour Modestep et Trolley Snatcha avec «Sing» qui émerveille toute la salle !
Des frissons de plaisir nous traverse lorsque nous entendons Spag lâcher au micro «Paris X Up» avant de faire retentir le drop de «Virus» devant un public déjanté, lequel devient absolument fou également sur la production légendaire du Néerlandais : «Oh My!»

Après un set survolté nous laissant sans voix, c’est sur un «Paris, je t’aime» que l’artiste hollandais laisse sa place, nous nous tournons à présent vers le headliner de cette soirée !

On y est, il est enfin venu le temps pour retrouver notre grand CuntFace. Moment attendu puisque nous ne l’avons pas vu en solo sur la capitale depuis mars 2016 où nous le retrouvions à l’affiche d’une Splash aux côtés du Gentlemen’s Club !
Milas prend le micro et joue avec une foule délirante alors que le prodige britannique n’a même pas encore commencé son set. Un véritable échange entre l’organisateur et le public survolté prend place avec les répliques toujours aussi efficaces « When I say Funt, you say…… », le tout en accélérant la cadence, avant de laisser la main à l’homme masqué !

Funtcase
Il démarre alors par une intro devenue légendaire, son remix de Dead Exit – « Snake » suivi par le nouveau VIP Remix de Phiso pour Warrioez avec « Nothing On Me« .

Nous comprenons alors qu’il n’est pas venu plaisanter et que ce n’est pas encore ce soir là qu’il mettra son énergie de côté !
L’énorme collab de Zomboy et 12th Planet « Dead Presidents » vient nous chatouiller les oreilles avant d’entendre une armée d’exclus au milieu d’édits à la sauce FuntCase. Nous sommes clairement en train de subir face à ce set sorti tout droit d’un autre univers !
Évidemment, tout comme lors de son B2B avec Cookie Monsta à Animalz, nous avons droit à son « 4 Barz Of Fury » suivi par le remix Barely Alive. La magie se fait ressentir face à cet enchaînement magnifique. Nous retrouvons comme souvent sa petite touche Jump Up en fin de set avec « Hail » ou encore Decimal Bass avec « Work For Nothing »

Après avoir assisté pour la 6ème fois au set du monstre de Bournemouth, nous vous l’affirmons pour de bon, nous ne nous lasserons jamais de l’énergie et des performances exceptionnelles de notre chouchou anglais du Dubstep.

Nous avons déjà qu’une seule hâte, c’est de le revoir !

Place maintenant à un B2B franco-grec exclusif en France ! D-Jahsta, qui ne s’était pas produit à Paris depuis un certain temps, se devait de revenir sur les chapeaux de roues. Pour cette date, c’est avec Milas lui-même de 193 Records, que ce digne représentant du Dubstep fait son retour en France.

Souvent acclamés lors de leurs prestations en solo, ce B2B promettait donc d’être à la hauteur de l’événement. Les deux acolytes ont donc évidemment envoyé un set aux petits oignons. Dubstep ravageur, Deathstep et Metalstep tranchant, le tout mixé avec la technique et la précision de nos deux bouchers. Quant au public, celui-ci ne faiblit pas face à ce qui leur est envoyé.

Les pogos se forment régulièrement pour créer une atmosphère complètement délirante. « Get Stupid » de Destroid embrase toute la salle tandis que le bon vieux « Baptism of Fire » version VIP réveille la nostalgie des anciens. On assiste également à une ambiance bouillante lorsque retentissent « Boy Were They Wrong » de Chodegang ou le remix de Cookie Monsta « Party Drink Smoke » par Doctor P et Flux Pavilion. D-Jahsta et Milas accomplissent une belle performance pour cette première édition d’Ambassad grâce à ce B2B original.

Il est 05h du matin et la soirée s’apprête à prendre une tout autre tournure.

Code P b2b Murda

C’est l’entrée en scène d’un des b2b les plus attendus de la soirée, Code: Pandorum & Murda. Les 2 poids lourds de Crowsnest, maîtres de la machine-gun, s’apprêtent à transformer le dock Eiffel en véritable zone de guerre.

Et ça n’y manque pas, l’intro du set ayant chauffé à blanc tout le public, dès le premier drop c’est un déchaînement de violence qui s’abat ! Des pogos éclatent dans tous les coins de la fosse, des dizaines de personnes qui headbang frénétiquement contre les barrières, le Deathstep et l’Heavy Dubsep savent décidément comment réveiller les foules à une heure si tardive.

Lors de ce set, une avalanche de morceaux exclusifs a été lâchée par les DJ, comme par exemple le remix de « Midnight TyrannosorausPlanet Purge » qui a tout simplement transcendé la salle ou encore « Code : Pandorum & Murda – FVCK RIDDIM » !
Pour couronner le tout, le set se termine sur le remix d’une des musiques cultes de Borgore, par Code : Pandorum, « Guided Dub Relaxation« , c’est une heure de brutalité qui s’achève comme elle aura commencé, diaboliquement !

C’est maintenant l’heure du dernier set, et pas des moindres, de la soirée : Punishment x Dala. Les deux petits prodiges du Dubstep bien méchant (tous deux signés chez NSD : Black Label), nous attendent au tournant pour nous livrer un set Deathstep violent et gras à souhait.

Les morceaux s’enchaînent, drop sur drop, et nous tiennent éveillés malgré l’heure tardive, une belle réussite. Une petite fausse note cependant, une petite tension lors de leur passage sur scène, visible depuis la foule, et c’est dommage ! C’est tout de même une foule en délire à laquelle ils ont affaire, qui enchaîne encore les pogos, à l’approche d’une énorme fin de set, pas du tout en finesse, et on aime ça ! Une belle fin de soirée qui s’annonce de très bon augure pour la Ambassad #2.

Il est donc temps maintenant de rentrer à la maison, nous pouvons d’ores et déjà vous dire que nous venons de passer une soirée mémorable. Quelle édition incroyable pour une première de ce nouveau projet ! Des artistes tous aussi déjantés les uns que les autres, mention spéciale à FuntCase et au b2b SampliFire/Ivory qui étaient vraiment incroyables !

Un son et un lightshow par Sound Light Evenement que nous ne sommes également pas près d’oublier.


Une sécu et une orga au top, bref nous n’avons pas grand chose à redire sur cette Ambassad mis à part les quelques coupures son qui sont vite parties aux oubliettes.
On peut dire que c’était magique cette soirée ! Si vous l’avez loupée, ne loupez surtout pas la prochaine ! D’ailleurs 193 Records, c’est quand qu’on remet ça …?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s