Review : Oolacile – Humanity EP / Far Too Loud – Wormhole EP

Nous traitons aujourd’hui 2 EP d’artistes représentant chacun sa génération, entre la nouvelle vague de la Bass Music incarnée par Oolacile et la vieille garde par le biais de Far Too Loud.

—————————————————————————-

Fraîchement arrivé chez Disciple, Oolacile nous signe son premier EP sur le label avec ce « Humanity EP ».

Le jeune Américain, que nous aurons l’honneur de voir jouer en solo lors de la prochaine Splash, le 17 décembre, produit un EP de grande qualité, s’inscrivant dans le registre de ses précédentes sorties avec ces synthés aux airs de décodeurs défectueux. Il faut dire que la compilation est placée sous le signe de la robotique et de la technologie, en témoignent les titres des 4 morceaux qui la composent.

« Human Experience », un titre intéressant pour un morceau Dubstep contenant des éléments du Trap, que le producteur expérimente à sa sauce ces derniers temps, avec ces kicks puissants. Les premières notes du drop sonnent comme un enchantement, nous tombons amoureux de cette petite mélodie très particulière qui balance ensuite le reste des composants du drop.

Avec « Kuratas », qui reprend le nom d’un célèbre robot combattant, nous passons de l’enchantement du titre précédent à la tourmente, toujours créée par ces synthés et par l’ambiance sombre découlant du morceau.

Dans « Mesmerize » et « Signal » avec Cromatik, nous restons dans cette atmosphère sinistre, et nous retrouvons même quelques éléments du Deathstep, cher au jeune producteur.

C’est un travail très original que nous produit Oolacile, nous montrant qu’on n’a pas fini de voir son nom dans le monde de la Bass Music.

« Humanity EP » sur Soundcloud

————————————————————————

Le « Wormhole EP » signé chez Never Say Die Records marque le retour d’un très grand dans le monde de la Bass Music : Far Too Loud.

Fer de lance de ce qu’on appelle le Dirty Electro, cela faisait plus d’un an qu’on attendait un retour au premier plan de l’Anglais qui s’est fait discret en cette année 2016, avec une petite poignée de sorties à son actif. Mais c’est de la plus belle des manières qu’il revient, avec un EP surpuissant comme on aime, contenant 3 nouveaux tracks 100 % Electro House et un remix de Dodge & Fuski.

« Wormhole » maintient l’artiste dans son style bien particulier, avec des sonorités pouvant rappeler le fameux Vomitstep de Snails, et un premier drop classique de ce qu’on retrouve dans le monde de l’Electro House. Là où le producteur nous surprend, c’est avec le second drop, orienté Dubstep qui sonne comme une véritable gifle en pleine figure, on aurait aimé qu’il soit un poil plus long.

« Not A Real Thing » en collaboration avec Beardyman et JFB, a comme des faux airs du titre « Do You Like Jungle » de Jayline avec son intro évoquant l’EDM et les sous-genres la composant (Dubstep, Neurostep, Techno). Les mots « EDM is not a real thing » résonnent avant de laisser place à un drop destructeur, assez différent de ce qu’on retrouve habituellement chez Far Too Loud.
Dodge & Fuski s’invite à la fête en nous offrant un remix Dubstep de ce track.

« Keep Stomping » se présente comme un morceau à la croisée entre Dirty Electro et Bass House dans ses sonorités. Le deuxième drop Breakbeats, témoigne de la polyvalence du producteur, dans les styles à 128 BPM.

On ne peut que saluer ce retour de Far Too Loud, qui nous prouve encore une fois son statut de référence dans le style de l’Electro House s’inscrivant dans la Bass Music.

« Wormhole EP » sur Spotify

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s