Live Report : Code S5 E2 ( 04/03/2016) Skism – Cookie Monsta – Megalodon – The Unik – Scarfinger – Pwik Masta

Il est 23h50 quand nous entrons dans la salle sur « Upinde » de City1, un son expérimental qui ne peut provenir que d’un set de Pwik Masta !

Bientôt une heure que ce dernier est aux platines et quelques dizaines de personnes seulement sont dans la salle mais ce n’est pas ça qui va arrêter notre jeune Toulousain, il drop « Hustlerz » de Sukh Night, du gros son aux sonorités du duo belge Ganja White Night !

Nous aurons également droit à du gros Dubstep avec Artem Zlobin (FP) « Laboratory of Evil » ou encore « Extinction » de Barenhvrd et Extra Terra.
Il laissera finalement la place à notre ami Adrien alias The Unik sur la version VIP de « Make Some Noise » de Valentino Khan.

0h30, The Unik prend les commandes du Bikini devant un public encore peu nombreux mais déjà très motivé et a lui aussi prévu de nous offrir un set plutôt varié.
Commençant par de l’Électro/Techno pendant une dizaine de minutes, il enchaîne parfaitement par de la Bass House avec « On The Block » de Eptic & Habstrakt.

S’ensuivent de gros classiques Dubstep comme « Bounce » de Destroid ou encore « Zombie Hunter » de Barely Alive, quelques tracks Riddim également mais aussi de grosses dingueries Trap comme la dernière de DJ Snake « Propaganda »qui met le public complètement en délire !
La fin de son set se fera sous le signe de la Drum & Bass, rien de mieux pour continuer de chauffer le public avant la venue du headliner !

Le moment que nous attendions tous est venu, SKisM arrive sur scène pour une heure de viol auditif !
C’est avec une intro aux samples tirés de sa production « Experts » qu’il commence les hostilités et balance « Like a Bitch » de Zomboy au moment du drop.
Son label Never Say Die sera bien représenté puisqu’on y retrouvera Megalodon avec « Get Down ! », le dernier bijoux de Zomboy « Lights Out » ou encore le remix « Terror Squad » de Ricky Remedy et Bro Safari !!

Dix minutes de son set sont passées quand nous nous dirigeons vers les loges pour une interview de The Unik (en ligne prochainement), un quart d’heure plus tard, après avoir passé un moment convivial et instructif avec Adrien, nous redescendons et arrivons dans le son sur « Warfare » de FuntCase & Trolley Snatcha devant un SkisM toujours aussi énervé et un public acharné !
La fin de sa performance arrive et c’est sur « Bounce » de Snarebox qu’il termine et laisse la main au deuxième Anglais de cette soirée venu représenter Circus Records !!

Pendant que le même soir à Paris son acolyte FuntCase s’apprête à déchainer la foule de la Splash, Cookie Monsta entre sur scène. Notre premier live de ce dernier et nous attendions beaucoup de sa prestation.
La salle est pleine ou presque à son arrivée et nous n’avons pas été déçus !
De nombreux classiques sont balancés et c’est techniquement très bon. Pourtant, passer après le roi des platines qu’est SkisM n’est pas aisé !
On retient notamment le moment où Cookie nous lâche « Sweet Shop » de Doctor P en double drop avec « The Leviathans » de BadKlaat : le Bikini s’est enflammé et se consume lorsque le remix « Yasuo » de Bukez Finezt est lâché !
S’ensuit une fin de set accompagnée de notre amie Drum & Bass, une touche Jump-Up pour finir et voilà déjà le moment de laisser place à Megalodon !

Souvenirs souvenirs, on se rappelle de son passage lors du Border Festival à Paris avec Habstrakt pour un B2B monstrueux, Megalodon monte sur scène, lance au micro « Put your middle fingers in the air » et commence par du gros Dubstep avec son remix de Jakes Ft Sgt Pokes « Somebody Say », violent !

Pas de Trap pour commencer, Megalodon nous le fait vite comprendre, il ne veut pas que la pression redescende après la prestation de son acolyte. On aura le droit à Dodge & Fuski vs. 12th Planet « Big Riddim Martian » en exclusivité.

Le Trap arrivera en fin de set avec « No Twerk » d’Apashe pour amorcer la touche Drum and Bass de cette fin de soirée. Megalodon aura prouvé qu’il pouvait succéder aux meilleurs sans le moindre problème et pour l’avoir vu à la dernière édition de Rampage en B2B avec le légendaire 12th Planet, on peut aisément dire qu’il fait partie des plus grands !

Scarfinger était invité pour clore la soirée, une prestation un peu spéciale et en décalage avec le reste de la soirée puisqu’il s’agissait d’un live sur MPC, assez proche de ce que l’on a pu voir sur les vidéos de son facebook.
Un set impressionnant puisque très technique, on regrette peut-être de ne pas avoir eu une meilleure vue sur son MPC.

Encore une soirée réussie pour Regarts Asso, un line up très bien choisi, les moments forts auront été Skism et Cookie Monsta sans surprise, légère déception de la performance de Scarfinger, un set tout de même surprenant de par sa technique.

Pour ce qui est des visuels, assez impressionnants, cela change de ce que l’on peut voir sur Paris, on a vraiment eu l’impression que la tête de lion projetée sortait de l’écran, on l’avoue, ça nous a bluffés !

Merci pour cette dernière édition inoubliable !

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s