Live Report : Excuse My French (30/10/2015) Space Laces – Badklaat – Dubsidia – The Unik – Samplifire – Ivory – Linoxx – Ganon

Vendredi dernier, La Machine accueillait le label Excuse my French.
En collaboration avec l’organisation 193 Records, c’est pour une soirée Dubstep d’anthologie que l’équipe Stoner Music s’est déplacée.

Première française de Space Laces. Cet artiste mondialement connu grâce à ses productions avec Excision dans le cadre du groupe Destroid, était la tête d’affiche du Central (scène principale) de cette nouvelle Excuse my French.
Pour l’occasion, l’organisation a aménagé une seconde scène dans la « Chaufferie », qui était orchestrée par notre ami Milas et son équipe.
À l’honneur : les artistes de 193, Ivory et Linoxx mais aussi des pointures du Riddim français comme SampliFire et Ganon.

C’est dans un Central bondé que nous arrivons pour cet événement.
Environ 1000 personnes se sont déplacées pour venir assister au set de Dubsidia qui auront su dégager une atmosphère très mélodique en restant fidèles à leur style de prédilection : le Glitch-hop.

Une belle alternance de drops Glitchs puis Drum’n’bass avec certains de leurs propres tracks comme « Ganja Monsta » ou encore le très propice « Swag » de DC Breaks.
Les DJs ont terminé leur set sur un de leurs sons les plus connus : « Kill Humans » durant lequel la foule s’est littéralement embrasée.

2h. C’est au tour de Space Laces de mettre le feu à la Machine. Après une intro très orientée Electro-House, c’est un superbe « Dungeons & Dragons » (prod dont il est le plus fier et sur laquelle il a passé plusieurs années à travailler) qui réveille le public.
Les plus grands classiques y passent dont son remix du « X Rated » d’Excision, bien évidemment le « Bounce » tant attendu qui remue la boîte bien comme il faut mais l’Américain se permettra aussi de nous offrir quelques belles exclus !
L’artiste finit sa prestation par un monstrueux « Get Stupid » qui met toute la salle d’accord suivi d’un remix Électro de « We Are The Champions » de Queen sur lequel quelques briquets s’allument dans la foule.

Il est désormais l’heure de laisser la place aux gros wobbles bien gras !
C’est un BadKlaat des plus énervés qui est venu en découdre une fois de plus avec le public parisien.
Alors qu’il devait retourner au Royaume-Uni à peine sa performance terminée Badklaat, plus déterminé que jamais, nous a envoyé un set des plus malsains.
Du très gros Riddim agrémenté de quelques sons Trap bien sentis comme notamment le « Dirty Work » de Herobust. Autre grand moment du mix, un magnifique mash-up de sa track « Headcrush » avec « Yasuo » de Bommer et Crowell.
Une chose est sure, voilà un artiste qui n’aura laissé personne d’indifférent.

L’honneur de clôturer cette soirée est réservé à un Français : The Unik.
Ce prodige qui a signé des tracks chez Buygore ou encore Uplink Audio nous sert un set éclectique. Une grande violence sans être trop gras, les drops Dubstep et Drum’n’bass s’enchaînent comme on l’aime.
On notera surtout une petite ambiance Électro assez subtile tout au long de son temps de mix. On assiste à une performance millimétrée des plus énergiques.

En conclusion, une très belle soirée dans un lieu ou le système son fait l’unanimité.
Le plateau de la scène principale a su proposer une large vision de la Bass Music avec des artistes de renommée.
Quant à elle, la Chaufferie a délivré toute la nuit cette très grosse ambiance Riddim dont les artistes du crew 193 Records ont le secret.

BASS IS LIFE, BASS FOR LIFE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s